Browsing Category

Petite vie de mummy

Petite vie de mummy

Celle qui était contre l’existence du Père Noël

15 décembre 2017

Je ne savais pas du tout comment aborder ce sujet ici, alors je vais y aller franco :

Je ne veux pas faire croire au Père-Noël à ma fille.

Et avant d’expliquer le pourquoi du comment, il est très important pour moi de vous préciser que comme tout ce que je raconte par ici, c’est un choix purement personnel.

Je ne juge aucunement les parents qui ne pensent pas comme moi, chacun est tout à fait libre de faire comme il le souhaite et je serais ravie de lire vos réactions dans les commentaires.

Maintenant développons !

Souvenir de mon enfance

Devenir parent et accompagner son enfant dans la vie c’est faire face à sa propre enfance et à ses éventuels « traumatismes ».

L’un des plus vifs en ce qui me concerne c’est le jour où j’ai réalisé que le Père Noël n’existait pas.

C’était en classe de CE1 et un beau jour de décembre la maîtresse nous a demandé sortie de nulle part après avoir dit bonjour et salué Jésus Christ (ahem…) :

– « Bon, qui croit encore au Père Noël ? »

Cette question que je ne comprenais pas, m’a littéralement retourné le cerveau.

Si on était dans un film on serait en pleine séquence flashback. Je me souviens de chaque détail de ce moment ; Je me souviens avoir balayé la classe du regard et constaté qu’une seule personne avait levé le doigt ; Je me souviens avoir réuni tout mon courage pour moi aussi lever la main et voir tous les regards se tourner vers moi ; Je me souviens de quelques éclats de rire…

Et je me souviens du regard médusé de la maîtresse qui nous enchaîne direct :

-« Bon, maintenant vous êtes assez grands pour savoir que c’est faux et que le Père Noël n’existe pas. Et maintenant qui vient réciter le poème de Jacques Prevert ? »

Je ne suis pas vraiment certaine de la partie sur Jacques Prevert mais ce qui est sur, c’est qu’elle n’a donné aucune explication et qu’elle nous a complètement abandonné mon camarade et moi avec cette sombre pensée pour le reste de notre vie journée.

Aujourd’hui

Je suis une adulte et je suis capable de réaliser que le problème dans mon expérience, c’est déjà le mensonge qui m’a meurtri, mais aussi la position de l’adulte face à ma découverte. Il est évident qu’après une telle révélation, l’enfant a besoin d’explication, et il est certain que j’en ai cruellement manqué !

Pour la plupart, la croyance du Père-Noël c’est un rituel obligatoire.

Une sorte de bizutage de l’enfant pour lui octroyer le droit de grandir…

Pour moi, à ce moment là on m’avait menti et on s’était moqué de moi. Double ration de trahison. Et comment continuer à faire confiance aux adultes après ça ?

Quand au premier Noël de Mila j’ai émis la possibilité de ne pas vouloir faire croire au Père Noël. A l’unanimité on m’a pris pour une tortionnaire marginale :

-« Mais enfin comment oses-tu priver ton enfant de la magie de Noël ? »

J’ai ravalé mes propos et j’ai marmonné que d’accord je jouerais le jeu…

Mais je suis têtue les gars…

Et voici mes raisons :

Je refuse de mentir à ma fille

Cette année quand je me suis adressée à Mila pour lui demander ce qu’elle voulait que le Père-Noël lui apporte, je me suis sentie conne. J’ai détesté lui dire ça, à ce moment là je bouillonnais à l’intérieur. Je culpabilisais, ça me rendait profondément triste de lui « faire ça ».

Car je ne ressentais pas du tout la magie mais uniquement de la culpabilité.

J’ai recommencé à en parler autour de moi, pour recueillir des avis. C’était pas évident, car tout le monde adore le Père-Noël et la plupart des adultes n’ont vécu aucun traumatisme à son égard.

J’ai pu discuter avec une personne qui adore Noël sauf qu’elle n’a jamais cru au Père Noël. C’était le choix de ses parents. Elle m’a expliqué qu’elle l’a très bien vécu et ça m’a beaucoup inspiré.

J’ai lu des articles sur internet. Des trucs de psychologie. Parce que je me suis demandée si en faisant ça j’allais pas priver ma fille d’un truc hyper important pour son développement. J’ai lu des choses culpabilisantes sur l’importance d’entretenir l’imaginaire d’un enfant.

Je ne trouve pas du tout que cela soit bienveillant.

Que ma fille se raconte des histoires avec ses amis imaginaires c’est un fait. Mais que j’en rajoute une couche en lui fournissant des explications douteuses sur « Comment le Père Noël va bien pouvoir venir chez nous alors qu’on a pas de cheminée » ce sera non merci.

Oui le Père-Noël c’est un « doux mensonge » mais ça reste un mensonge.

Du point de vue de l’enfant

Un enfant croit tout ce que lui dit ses parents.

C’est tellement beau et naturel que je n’ai pas envie de venir parasiter la confiance que ma fille me porte.

Je n’aime pas l’idée de m’amuser de la naïveté de mon enfant. Parce qu’à son âge elle est encore naturellement trop jeune pour faire la différence entre le réel et l’imaginaire et que ceci est valable en moyenne jusqu’à l’âge de 5 ans.

On peut donc se demander quelle légitimité on a en tant que parent à nourrir une telle croyance ?

A mon sens je cherche plutôt à conserver la confiance de ma fille plutôt que de la perdre.

D’autre part avec l’aide du Père-Noël on entretient le concept de récompense et de chantage : « Si tu es sage tu auras des cadeaux à Noël ».

Ce ne sont pas du tout des méthodes auxquelles j’adhère. Je pars du principe que je ne fais pas à ma fille ce que je n’aimerais pas qu’on me fasse. Je me mets régulièrement à la place de Mila. Est-ce que j’aimerais, moi, en tant qu’adulte, que l’on me raconte une super histoire, un truc de dingue qui me fasse rêver. Et finalement qu’au bout de plusieurs années on finisse par me dire que tout ça c’était du vent ?

Sincèrement je l’aurais en travers.

Dans la pratique

Alors comment ça se passe en ce moment à la maison ?

Je ne la prive pas de Noël, Noël reste une superbe célébration et d’ailleurs Noël existait avant le Père Noël !

Et je continue de lui raconter des histoires et n’importe quel autre contes de fée. Je vous rappelle que mes principales passions dans la vie sont Harry Potter et Walt Disney !!

J’adore les belles histoires, j’adore rêver et m’évader mais tout en étant consciente de la vérité. Le Père Noël reste un personnage de l’une de ses histoires.

Et bien évidemment elle aura des cadeaux et elle me voit préparer ceux que l’on offrira à nos proches. Elle a choisi le cadeau qu’elle offrira à son papa, nous sommes allées ensemble en boutique pour le trouver. Elle a choisi la couleur j’ai trouvé ce moment tellement fort.

Je ne souhaite pas lui faire croire que les cadeaux tombent du ciel une fois par an, offert par un vieillard inconnu qui glisse sur les nuages en traîneau. J’ai envie qu’elle sache qui lui offre ses cadeaux, qui a pris le temps de le choisir pour elle et qu’elle apprenne la reconnaissance.

J’ai envie qu’elle découvre le plaisir d’offrir et le partage. Ce sont des valeurs essentielles qui sont à mon sens beaucoup plus importantes que d’inventer cette fameuse « magie de Noël » pour voir « les étoiles dans ses yeux ». Franchement les étoiles dans les yeux, elle les aura quand elle sera en compagnie de sa famille à jouer avec ses cousins et à déguster du chocolat !

Noël c’est une superbe fête de famille, on se réunit nombreux autour d’un bon festin et le Père-Noël n’a pas du tout besoin de faire partie de l’équation.

Et les autres dans tout ça ?

Plusieurs « problématiques » peuvent se poser, tout d’abord comment lui expliquer que certains enfants croient au Père Noël.

Et bien en lui expliquant tout simplement que certains enfants pensent que le Père Noël existe pour de vrai. Et comme n’importe quelle autre croyance il faut la respecter. Inutile d’aller beaucoup plus loin que ça finalement !

Pour les proches qui souhaitent faire croire au Père Noël, nous leur expliquons notre point de vue et pourquoi cela nous tient à coeur (oui car par facilité de rédaction j’ai écrit cet article à la première personne mais nous avons pris ensemble cette décision avec le papa de Mila).

La seule chose qui me semble importante c’est d’être en accord avec ses convictions. Dans notre foyer nous nous inspirons des pédagogies actives et bienveillantes. Le Père Noël et ses messages de mensonge, trahison, chantage et récompense ne s’accorde pas avec nos idées un point c’est tout 🙂

Nous sommes conscients que cette décision peut diviser. Ceux qui sont pour et ceux qui sont contre. Nous souhaitons plus que tout inculquer la tolérance à notre enfant et nous espérons que la nouvelle sera bien accueilli…

Tout comme ici j’espère ne pas froisser les esprits. Le but n’étant absolument pas de faire la morale à ceux qui pensent différemment, chacun est en droit de faire ce qu’il juge le meilleur surtout en ce qui concerne son enfant et je vous souhaite de nombreux moments de joie, de bonheur et d’amour en cette bien jolie période !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Petite vie de mummy

La trentaine

6 octobre 2017

Les années 90

Lundi j’ai fêté mes 31 ans, ce qui signifie que suis de la team 1986.

J’ai joué aux Pogs aux Polly Pocket et je collectionnais les babies.

J’écoutais sur mon Walkman les K7 des Spice Girls et Britney Spears, l’idole de mon adolescence. Mais aussi Ace Of BaseMénélik, Iam, Mc Solaar ou encore Vanessa Paradis (à peine éclectique la meuf !)

Je fais partie de la génération de ceux qui ont vu naître les jeux vidéos. J’avais la Nes puis la Nintendo 64 sur laquelle je jouais à Zelda « Ocarina of time » et puis bien évidemment j’avais la Game Boy.

Mon crush ultime c’était Léonardo Dicaprio, même mon plafond était recouvert de posters de sa tronche. Je lisais Super, Salut et Star Club.

A la TV je regardais les Minikeums sur France 3. J’ai été biberonné à l’humour Canal + car mes parents regardaient « Nulle Part Ailleurs ». J’adorais les Guignols de l’info, les sketchs de Decaunes & Garcia et puis aussi Les Nuls.

L’ordinateur et Internet sont entrés dans nos vies en 1995 il me semble car mon point de repère c’est Windows 95 ! C’était la révolution, j’avais pas 10 piges ! Je jouais à un jeu de simulation de vie qui s’appelait « Créatures ».

Sur Internet j’allais chercher sur Lycos des photos de mon idole Britney Spears que je sauvegardais sur des disquettes (on pouvait mettre 5 photos je crois sur une disquette !)

J’ai eu un bipeur Tatoo ! Le truc était tellement à la pointe qu’il fallait aller en cabine téléphonique pour écouter le message !

En 98 j’ai vécu en direct la coupe du monde et je me souviens encore de toute cette liesse quand on est sorti avec mes parents pour célébrer la victoire des bleus.

Les années 2000

Je crois qu’à ce moment là on avait un forfait 50h avec Liberty Surf (lol), et on ne pouvait pas téléphoner en même temps qu’on était connecté.

  • « Mariiiiiine éteint interneeeeet tu fais ch*** » (ma soeur)

A cette époque je téléchargeais (de manière pas vraiment légale) de la musique sur KaZaa (je me rappelle qu’on chopait vachement plus de virus que de musiques d’ailleurs), je l’écoutais sur Winamp et je la gravais avec le logiciel Nero Burning Rom.

Et bien évidemment sur l’ordinateur, je pouvais passer des journées entières à m’inventer une vie sur les « Sims ».

Au collège je m’habillais avec des tops Jennyfer, DDP ou Chipie. Je portais des jean taille basse Miss Sixty. J’avais des gazelle Adidas et des Van’s. Mon sac à dos c’était un Eastpack que je portais les bretelles (dé)réglées au max pour bien me pourrir le dos.

J’écoutais Eminem et Tryo. Mes groupes de potes étaient soient skatteurs soit des hippies !

Je me déplaçais en bus pour aller en centre ville. J’ai vu naître l’euro et j’allais chez Glups pour dépenser mon argent de poche en bonbons. Dont ce truc ignoble de « couille de mamouth »

Mon premier téléphone portable c’était un Nokia 3310. Bien sur je jouais au snake et j’avais un forfait de 10€ que je défonçais en 2 heures.

31-ans-anniversaire-années-90-marinière-jolie-bump

Et maintenant

Quand je fais le bilan de tout ça, je me dis que ça y est, on peut parler « d’époque ».

Quand je vais raconter tout ça à Mila dans quelques années elle va halluciner. Tout comme j’hallucinais que mes parents n’avaient pas le téléphone ou regardaient la TV en noir et blanc.

J’ai conscience aujourd’hui que ma jeunesse est loin derrière moi. Mais c’est pas grave, malgré le côté nostalgique de cet article je kiffe avoir 31 ans !

Je suis plus sûre de moi, je m’habille mieux et Internet c’est quand même vachement plus fluide avec la fibre !

Je me demande ce que retiendra Mila de son enfance. Quel objet du quotidien va la marquer et qui n’existera plus dans 30 ans…

Et vous, amis des années 80-90 qu’est-ce qui vous a marqué ?

31-ans-anniversaire-années-90-marinière-jolie-bump

Je porte une marinière Joli Bump, merci Marie ♡

Rendez-vous sur Hellocoton !
Petite vie de mummy

À la découverte des produits ménagers écologiques avec Galipoli

30 juin 2017

Cela faisait un moment que ça me travaillait cette histoire de produits ménagers écologiques fait maison.

Depuis que je suis enceinte pour être exacte.

Je ne le répéterais jamais assez mais cette période est tellement propice aux changements…

Je vous l’avais déjà raconté, je suis méga maniaque.

Alors le ménage fait partie de mon quotidien. J’ai donc des habitudes de produits depuis des années. Héritage de ma maman j’utilise ce qu’elle utilise !

Sauf que, j’en avais marre d’utiliser des trucs avec des têtes de mort imprimés sur les flacons. J’en avais assez de demander à Mila de ne pas toucher la table quand je venais de mettre du produit dessus pour la nettoyer (la table hein pas Mila !)

Alors je me suis dit que j’allais me pencher vers les produits écolos. Et puis j’ai vu le prix… J’ai flippé.

Alors je me suis dit « Tiens pourquoi pas les fabriquer ? » Et puis ça m’a démotivé au bout de 5 minutes, trop d’informations, trop de changements, trop feignasse, j’ai capitulé.

Et puis gros déclic à la dernière Mum to be party quand j’ai participé à un atelier animé par Séverine la créatrice de Galipoli.

Avoir quelqu’un qui t’explique les choses de façon aussi claire et passionnée (oui oui on peut être passionnée par le nettoyage moi ça me parle !) j’étais hyper conquise et après avoir discuté un peu avec elle on a mis en place un partenariat avec le blog afin que je puisse tester et vous parler de tout ça !

Je vous préviens pour ceux qui sont déjà sensibilisés à ce sujet je ne vais très certainement rien vous apprendre. Mais si comme moi vous avez envie de changer mais vous n’avez pas encore sauté le pas par manque de temps, d’informations ou par manque de simplicité, ce post vous aidera très certainement pour vous lancer !

La fabrique Galipoli

C’est un concept assez ludique car on fabrique ses produits ménagers mais c’est pas chiant. (Oscar de la phrase de lancement !)

Galipoli vous propose des « flacons recettes« , pour fabriquer le produit de son choix, il suffit de suivre les graduations inscrite sur le packaging.

Vous pouvez également acheter les ingrédient seuls ou en kit selon ce dont vous avez besoin.

Egalement vous pouvez consulter des recettes pour fabriquer les produits du quotidien.

C’est très intéressant car après avoir fabriqué mes produits, il me restait des ingrédients alors je m’amuse à faire des expériences pour m’en servir autrement. Par exemple le bicarbonate de soude c’est génial pour neutraliser les odeurs du frigo ou encore de la poubelle. J’ai même une amie qui m’a dit que ça pouvait servir de déodorant !

L’acide citrique elle, peut servir à détacher de la rouille !

Le truc en plus de la marque c’est que les flacons sont très design ! C’est bête mais ça motive un peu plus à faire le ménage. Et si on a pas d’endroit où les cacher c’est pas vilain à exposer !

Et puis faire son produit ménager ça à un côté très satisfaisant. Surtout qu’en plus les ingrédients utilisés sont naturels donc sans aucun impact sur l’environnement et sur la santé ! Séverine m’a appris lors de l’atelier que nos intérieurs étaient 5 fois plus pollués qu’à l’extérieur notamment à cause des produits ménagers, vous vous rendez compte ?

Le laboratoire du petit chimiste

En ce qui concerne l’atelier « création du produit » c’est excessivement simple ! Il suffit de suivre les graduations sur le flacon. Le seul hic, je dirais, c’est qu’il faut faire attention à ne pas se tromper, car si vous mettez trop de quelque chose, impossible de le retirer !

Je n’ai pas eu de soucis, il suffit d’y aller doucement et tout devrait bien se passer !

Petit aparté concernant les huiles essentielles car elles ne sont pas conseillées pour les femmes enceintes et pour les bébés. Sachez que les huiles essentielles de citron et d’orange ne sont pas dangereuses vous pouvez donc les utiliser dans les recettes sans soucis 😉

Le résultat

Et bien je n’ai absolument rien à dire de ce côté là !

J’ai testé les recettes suivantes :

  • Dégraissant. Pour nettoyer mes plaques, plan de travail et la table à manger après le repas. La recette contient du vinaigre blanc donc ça sent un peu mais avec les huiles essentielles ça camoufle !
  • Liquide vaisselle. Pour faire la vaisselle donc. Un peu plus liquide que celui acheté en grande surface donc il faut faire attention de ne pas en mettre trop. Mais il fonctionne tout aussi bien que le « tout fait ». Je vous avoue ne pas avoir eu l’occasion de nettoyer des plats à gratins alors affaire à suivre pour cet hiver quand on cuisinera des repas un peu plus gras !!
  • Lessive. Je ne sais pas si c’est une impression mais il m’a semblé que mon linge était mieux nettoyé. Avec Mila vous vous  doutez ses vêtements sont souvent tâchés. J’ai trouvé qu’ils ressortaient plus propre avec cette lessive ! A savoir, je frotte toujours les tâches au préalable avec du savon de Marseille, je laisse poser 5 minutes avant de lancer la machine. Et pour tout vous dire, quand je déshabille Mila le soir, je détache à ce moment là et je mets dans le panier à linge sale en attendant la prochaine lessive, (qui n’est jamais bien loin derrière !) Plus on agit vite et mieux ce sera détaché !!
  • Produit sol. Nickel. Surtout lors de l’application, avec l’huile essentielle de citron ça sentait divinement bon. J’utilisais jusqu’alors du savon noir, qui ne sent pas particulièrement bon et qui en plus de ça n’est pas évident à diluer. Et là j’ai trouvé ça plus facile à nettoyer et j’ai vraiment une impression de plus propre je crois que c’est le produit que j’ai préféré car je vois une réelle différence avec ce que j’utilisais avant.

Le coût

Oui parce que après avoir demandé à mon amis Google, en moyenne, un foyer dépense 220€/an en produits ménagers…

Galipoli promet un coût de moins de 1€ les 500ml quelle que soit la recette. Bien sur le flacon recette est un investissement au début, mais ensuite il vous suffit simplement d’ajouter les ingrédients. Donc on s’y retrouve très vite. Et puis en plus cela fait moins de déchet puisque vous gardez toujours le même flacon !

Vous pouvez par la suite acheter les recharges c’est encore plus économique de prendre en grosse quantité. Après, tout dépend de la fréquence à laquelle vous faîtes le ménage et la surface de votre habitation !

En ce moment en plus c’est les soldes et la boutique propose quelques réduc’ sympa !

Bon plan

Galipoli à la gentillesse de vous offrir un code promo pour commander la Galibox ! Ainsi vous pourrez tester tout ça tranquillement chez vous et j’espère que cela vous ravira autant que moi !

La Galibox vous permet de vous lancer dans l’aventure ! Il y a des ingrédients et 3 flacons recettes. Vous pouvez faire les recettes des flacons inclus dans la box et vous pouvez également réaliser d’autres produits selon vos besoins.

Il vous suffit d’entrer le code promo petitchampignondeparis et la Galibox vous reviendra à 49,90€. (offre valable jusqu’au 10 juillet)

J’espère que cette petite conversation de « ménagère de moins de 50 ans » (je déteste ce terme !!) vous aura intéressée ! Et vous, vous fabriquez déjà vos produits ménagers ?

Sur la photo d’illustration :

Rendez-vous sur Hellocoton !