Vie de maman

Celle qui était contre l’existence du Père Noël

15 décembre 2017

Je ne savais pas du tout comment aborder ce sujet ici, alors je vais y aller franco :

Je ne veux pas faire croire au Père-Noël à ma fille.

Et avant d’expliquer le pourquoi du comment, il est très important pour moi de vous préciser que comme tout ce que je raconte par ici, c’est un choix purement personnel.

Je ne juge aucunement les parents qui ne pensent pas comme moi, chacun est tout à fait libre de faire comme il le souhaite et je serais ravie de lire vos réactions dans les commentaires.

Maintenant développons !

Souvenir de mon enfance

Devenir parent et accompagner son enfant dans la vie c’est faire face à sa propre enfance et à ses éventuels « traumatismes ».

L’un des plus vifs en ce qui me concerne c’est le jour où j’ai réalisé que le Père Noël n’existait pas.

C’était en classe de CE1 et un beau jour de décembre la maîtresse nous a demandé sortie de nulle part après avoir dit bonjour et salué Jésus Christ (ahem…) :

– « Bon, qui croit encore au Père Noël ? »

Cette question que je ne comprenais pas, m’a littéralement retourné le cerveau.

Si on était dans un film on serait en pleine séquence flashback. Je me souviens de chaque détail de ce moment ; Je me souviens avoir balayé la classe du regard et constaté qu’une seule personne avait levé le doigt ; Je me souviens avoir réuni tout mon courage pour moi aussi lever la main et voir tous les regards se tourner vers moi ; Je me souviens de quelques éclats de rire…

Et je me souviens du regard médusé de la maîtresse qui nous enchaîne direct :

-« Bon, maintenant vous êtes assez grands pour savoir que c’est faux et que le Père Noël n’existe pas. Et maintenant qui vient réciter le poème de Jacques Prevert ? »

Je ne suis pas vraiment certaine de la partie sur Jacques Prevert mais ce qui est sur, c’est qu’elle n’a donné aucune explication et qu’elle nous a complètement abandonné mon camarade et moi avec cette sombre pensée pour le reste de notre vie journée.

Aujourd’hui

Je suis une adulte et je suis capable de réaliser que le problème dans mon expérience, c’est déjà le mensonge qui m’a meurtri, mais aussi la position de l’adulte face à ma découverte. Il est évident qu’après une telle révélation, l’enfant a besoin d’explication, et il est certain que j’en ai cruellement manqué !

Pour la plupart, la croyance du Père-Noël c’est un rituel obligatoire.

Une sorte de bizutage de l’enfant pour lui octroyer le droit de grandir…

Pour moi, à ce moment là on m’avait menti et on s’était moqué de moi. Double ration de trahison. Et comment continuer à faire confiance aux adultes après ça ?

Quand au premier Noël de Mila j’ai émis la possibilité de ne pas vouloir faire croire au Père Noël. A l’unanimité on m’a pris pour une tortionnaire marginale :

-« Mais enfin comment oses-tu priver ton enfant de la magie de Noël ? »

J’ai ravalé mes propos et j’ai marmonné que d’accord je jouerais le jeu…

Mais je suis têtue les gars…

Et voici mes raisons :

Je refuse de mentir à ma fille

Cette année quand je me suis adressée à Mila pour lui demander ce qu’elle voulait que le Père-Noël lui apporte, je me suis sentie conne. J’ai détesté lui dire ça, à ce moment là je bouillonnais à l’intérieur. Je culpabilisais, ça me rendait profondément triste de lui « faire ça ».

Car je ne ressentais pas du tout la magie mais uniquement de la culpabilité.

J’ai recommencé à en parler autour de moi, pour recueillir des avis. C’était pas évident, car tout le monde adore le Père-Noël et la plupart des adultes n’ont vécu aucun traumatisme à son égard.

J’ai pu discuter avec une personne qui adore Noël sauf qu’elle n’a jamais cru au Père Noël. C’était le choix de ses parents. Elle m’a expliqué qu’elle l’a très bien vécu et ça m’a beaucoup inspiré.

J’ai lu des articles sur internet. Des trucs de psychologie. Parce que je me suis demandée si en faisant ça j’allais pas priver ma fille d’un truc hyper important pour son développement. J’ai lu des choses culpabilisantes sur l’importance d’entretenir l’imaginaire d’un enfant.

Je ne trouve pas du tout que cela soit bienveillant.

Que ma fille se raconte des histoires avec ses amis imaginaires c’est un fait. Mais que j’en rajoute une couche en lui fournissant des explications douteuses sur « Comment le Père Noël va bien pouvoir venir chez nous alors qu’on a pas de cheminée » ce sera non merci.

Oui le Père-Noël c’est un « doux mensonge » mais ça reste un mensonge.

Du point de vue de l’enfant

Un enfant croit tout ce que lui dit ses parents.

C’est tellement beau et naturel que je n’ai pas envie de venir parasiter la confiance que ma fille me porte.

Je n’aime pas l’idée de m’amuser de la naïveté de mon enfant. Parce qu’à son âge elle est encore naturellement trop jeune pour faire la différence entre le réel et l’imaginaire et que ceci est valable en moyenne jusqu’à l’âge de 5 ans.

On peut donc se demander quelle légitimité on a en tant que parent à nourrir une telle croyance ?

A mon sens je cherche plutôt à conserver la confiance de ma fille plutôt que de la perdre.

D’autre part avec l’aide du Père-Noël on entretient le concept de récompense et de chantage : « Si tu es sage tu auras des cadeaux à Noël ».

Ce ne sont pas du tout des méthodes auxquelles j’adhère. Je pars du principe que je ne fais pas à ma fille ce que je n’aimerais pas qu’on me fasse. Je me mets régulièrement à la place de Mila. Est-ce que j’aimerais, moi, en tant qu’adulte, que l’on me raconte une super histoire, un truc de dingue qui me fasse rêver. Et finalement qu’au bout de plusieurs années on finisse par me dire que tout ça c’était du vent ?

Sincèrement je l’aurais en travers.

Dans la pratique

Alors comment ça se passe en ce moment à la maison ?

Je ne la prive pas de Noël, Noël reste une superbe célébration et d’ailleurs Noël existait avant le Père Noël !

Et je continue de lui raconter des histoires et n’importe quel autre contes de fée. Je vous rappelle que mes principales passions dans la vie sont Harry Potter et Walt Disney !!

J’adore les belles histoires, j’adore rêver et m’évader mais tout en étant consciente de la vérité. Le Père Noël reste un personnage de l’une de ses histoires.

Et bien évidemment elle aura des cadeaux et elle me voit préparer ceux que l’on offrira à nos proches. Elle a choisi le cadeau qu’elle offrira à son papa, nous sommes allées ensemble en boutique pour le trouver. Elle a choisi la couleur j’ai trouvé ce moment tellement fort.

Je ne souhaite pas lui faire croire que les cadeaux tombent du ciel une fois par an, offert par un vieillard inconnu qui glisse sur les nuages en traîneau. J’ai envie qu’elle sache qui lui offre ses cadeaux, qui a pris le temps de le choisir pour elle et qu’elle apprenne la reconnaissance.

J’ai envie qu’elle découvre le plaisir d’offrir et le partage. Ce sont des valeurs essentielles qui sont à mon sens beaucoup plus importantes que d’inventer cette fameuse « magie de Noël » pour voir « les étoiles dans ses yeux ». Franchement les étoiles dans les yeux, elle les aura quand elle sera en compagnie de sa famille à jouer avec ses cousins et à déguster du chocolat !

Noël c’est une superbe fête de famille, on se réunit nombreux autour d’un bon festin et le Père-Noël n’a pas du tout besoin de faire partie de l’équation.

Et les autres dans tout ça ?

Plusieurs « problématiques » peuvent se poser, tout d’abord comment lui expliquer que certains enfants croient au Père Noël.

Et bien en lui expliquant tout simplement que certains enfants pensent que le Père Noël existe pour de vrai. Et comme n’importe quelle autre croyance il faut la respecter. Inutile d’aller beaucoup plus loin que ça finalement !

Pour les proches qui souhaitent faire croire au Père Noël, nous leur expliquons notre point de vue et pourquoi cela nous tient à coeur (oui car par facilité de rédaction j’ai écrit cet article à la première personne mais nous avons pris ensemble cette décision avec le papa de Mila).

La seule chose qui me semble importante c’est d’être en accord avec ses convictions. Dans notre foyer nous nous inspirons des pédagogies actives et bienveillantes. Le Père Noël et ses messages de mensonge, trahison, chantage et récompense ne s’accorde pas avec nos idées un point c’est tout 🙂

Nous sommes conscients que cette décision peut diviser. Ceux qui sont pour et ceux qui sont contre. Nous souhaitons plus que tout inculquer la tolérance à notre enfant et nous espérons que la nouvelle sera bien accueilli…

Tout comme ici j’espère ne pas froisser les esprits. Le but n’étant absolument pas de faire la morale à ceux qui pensent différemment, chacun est en droit de faire ce qu’il juge le meilleur surtout en ce qui concerne son enfant et je vous souhaite de nombreux moments de joie, de bonheur et d’amour en cette bien jolie période !

Rendez-vous sur Hellocoton !

You Might Also Like

31 Comments

  • Reply Davaleo 15 décembre 2017 at 9:22

    Tellement ravie de voir [ENFIN] quelqu’un qui partage mon point de vue.
    Moi aussi étant petite mes parents ne nous ont pas fait croire au père noël et pourtant la magie était là et on adorait noël!!
    Et avec mes filles c est la même chose, je déteste leurs mentir alors pourquoi leur faire croire? Ici on parle d un légende. Et que le père noël est dans son cœur et sa tête si c est ce qu elle souhaite. Car il faut dire qu avec l école on peine à rivaliser surtout quant ils y font des lettres au père noël
    Pour nous Noël est avant tout la fête de l amour et des lumières.
    Merci pour ton article et ce partage ( pas facile je le sais).
    Belle journée et joyeux noël

    • Reply momraths 15 décembre 2017 at 4:46

      Je comptais ouvrir un groupe de soutient pour les parents ayant pris cette décision, pas toujours facile de partager ce point de vue qui peut choquer… Mais ça me tenais à coeur et c’est intéressant de soulever des débats !

  • Reply La Boodeuse 15 décembre 2017 at 9:42

    C’est vrai que c’est un sujet délicat. Après je ne vois pas ça comme un mensonge. C’est un peu comme quand tu vas à Disney. Tu dis pas aux enfants tout de suite que ce sont des gens dans les personnages pour les faire rêver un peu. Je pense qu’effectivement tu as eu une expérience traumatisante et que ta maîtresse de l’époque était une pure idiote. Elle n’avait pas besoin de le dire car à mon sens l’enfant, en grandissant, se rend compte tout seul de tout ça. Je n’ai pas de souvenir précis du jour où j’ai compris que Santa n’existait pas. Mais je sais que je ne l’ai pas mal vécu (au contraire j’allais dans les placards voir si je trouvais mes cadeaux lol). Ca se fait naturellement je crois. Je ne sais pas du tout comment je ferai avec mes futurs enfants, je ne veux pas les prendre pour des idiots mais si il a envie d’y croire, un peu comme pour Dieu, je ne lui dirai pas qu’il n’existe pas. De cette façon ce n’est pas un mensonge c’est sa croyance pour un temps. Enfin je n’en suis pas encore là. Et comme tu dis, ce n’est effectivement pas Papa Noël qui fait Noël mais bien tout le reste. Mila est une petite fille très intelligente et très bien éduquée. Et je suis sûre qu’elle est plus heureuse de savoir que les cadeaux viennent de sa maman plutôt que de quelqu’un d’imaginaire.
    Des bisous.

    • Reply Maïlys LD 15 décembre 2017 at 2:35

      Quelle douceur dans ton mot !

    • Reply momraths 15 décembre 2017 at 4:45

      Merci de ton message ma Léa ! Effectivement je ne dirais pas qu’il y a des gens dans les personnages à Disney, mais je ne lui dirais pas non plus que ce sont des personnages réels ! Tout est dans la façon d’utiliser les mots. Je ne compte pas dire « le Père Noël n’existe pas » mais plutôt tourner la chose de façon à ce que ce soit un personnage comme tous les personnages de dessin animés 🙂
      Nous avons tous une histoire très différente à ce sujet et forcément on ne peut pas être d’accord. Mais tout comme un Dieu si elle a envie d’y croire alors je respecterais son choix mais sa décision ne viendra pas de mon exemple !

  • Reply Philo 15 décembre 2017 at 10:18

    Bonjour, je trouve cet article très intéressant et voulais juste partager mon témoignage. J’ai 19 ans et mes parents ne m’ont jamais fait croire au Père Noël comme à mes frères et soeurs. Pourtant, Noël et en effet une fête que j’adore et d’autant plus que je le vis de la même façon que lorsque j’étais petite. J’y ai toujours vu de la magie et apprécié de faire des cadeaux et dans recevoir même si j’ai toujours su qu’ils venaient de mes parents.
    Je n’ai pas encore beaucoup de distance mais je suis presque sûre que je ne le ferais pas croire à mes enfants car ce que mes parents ont fait a été super pour moi.
    Bonne journée

    • Reply momraths 15 décembre 2017 at 4:39

      Merci de ton message et de ton partage d’expérience cela me conforte dans ma décision, merci beaucoup !!!!

  • Reply Melly 15 décembre 2017 at 10:56

    C’est la première fois que je lis un article « contre le père Noel » qui ne me fait pas tiquer. Je trouve que tu expliques très bien ton point de vue et j’arrive enfin à comprendre sans me sentir juger, moi qui ai envie que ma fille y croit. J’ai eu mal au cœur pour toi quand j’ai lu comment tu as su… Je me suis demandée : et si elle l’apprenait comme ça aussi, brutalement, c’est vraiment terrible. Bref, tu es la première qui me fait voir un peu plus loin que le bout de mon nez. J’ai toujours envie qu’elle y croit mais je sais pas, je vais peut être réfléchir à comment faire pour qu’elle n’y croit pas trop… (je sais c’est bizarre comme concept), enfin je n’ai pas non plus envie de lui faire du chantage aux cadeaux, ni qu’elle pense qu’elle peut touuut avoir à Noel. A méditer… Merci

    • Reply momraths 15 décembre 2017 at 4:37

      Merci beaucoup de ton message et je suis ravie si j’ai pu m’exprimer clairement !!
      Ravie aussi de soulever des interrogations à toi de voir ce qui te semble être le mieux et tu prendras forcément la bonne décision 🙂

  • Reply Juliette 15 décembre 2017 at 11:40

    Bonjour, ton point de vue est intéressant et je peux comprendre ta démarche que tu expliques assez justement. J’avais hâte de lire ton article pour mieux comprendre ta philosophie à ce propos. Je ne suis juste pas d’accord avec les termes ‘mensonge’ ou ‘trahison » que tu emploies, il n’est absolument pas question de cela quand on parle à nos enfants du père Noël. Mon fils a tout juste 2 ans et pr moi je lui transmets la magie de cette période et lui apporte simplement du rêve, sans trop en rajouter non plus, c’est son imaginaire qui rentre en jeu. Le père Noël est une douce histoire qui met de la magie dans les yeux de nos petits et je crois qu’il ne faut pas forcément plus intellectualiser le propos. Les souvenirs que je garde de cette période où toute petite je croyais au père Noël sont vraiment féeriques et je trouverai vraiment triste que mon fils ne puisse pas vivre cette magie que je ressentais à son âge à ce propos. Je n’y ai pas cru très longtemps (merci grand frère) mais je ne garde aucun traumatisme quant à la découverte de la vérité. Noël est toujours resté un moment sacré pr moi, avec ou sans père Noël.
    Je pense simplement que dans ton cas l’enseignante que tu as connu était dépourvu de tact et de pédagogie et que la manière dont tu as su la vérité était, il est vrai, plutôt violente.
    Après, je suis complètement d’accord avec toi sur un élément, le chantage ou la culpabilité au père Noël (« si tu n’es pas sage, le père Noël ne t’apportera pas de cadeaux ») sont à bannir totalement. Noël est une période de magie mais ne doit à aucun moment être un moyen de pression utilisé sur nos enfants.
    Merci en tout cas de nous partager ton opinion à ce sujet, très belle journée à toi!

    Juliette

    • Reply momraths 15 décembre 2017 at 4:36

      Merci de ton message Juliette ! Bien sur les mots que j’emploie sont en écho avec mon expérience et je suis tout à fait consciente que les parents qui font croire au Père Noël ne pensent pas du tout faire mal !!! Au contraire et la démarche se justifie des 2 côtés ! A partir du moment où ce que l’on fait/dit nous semble être le meilleur pour notre enfant, alors je pense que c’est bien le principal !

  • Reply madamezazaofmars 15 décembre 2017 at 12:41

    Je trouve ton article vraiment bien ecrit, plein de tolerance et pas dans le jugement. Mon fils lui croit au pere noel et pas parce que nous avons voulu qu’il y croit, ça s’est fait tout seul, à lécole notamment. On ne lui « fait » pas croire au Pere Noel, je crois que l’expression  » faire croire » est un peu réductrice et que je ne l’aime pas du tout, mais puisqu’il a envie d’y croire, on ne brise pas sa croyance non plus. On ne fait rien pour qu’il y croit, rien pour qu’il n’y croit pas, mais a aucun moment j’ai l’impression de lui mentir. JE me trompe peut être. Bonnes fetes de fin d’année

    • Reply momraths 15 décembre 2017 at 4:33

      Merci de ton message ! Je suis tout à fait d’accord avec toi et si Mila souhaite y croire plus tard je réagirais très certainement de la même manière ! A partir du moment où l’idée vient d’eux tout ça est complètement différent !

  • Reply Fleur 15 décembre 2017 at 1:24

    Merci pour cet article qui pousse à la réflexion. J’ai cru au père noël petite, et je me souviens parfaitement du jour où j’ai appris qu’il n’existait pas. Ce fut un choc. Et pourtant, les choses ont été amenées en douceur par mes parents eux mêmes. Comme quoi, même dans les meilleures conditions qui soient, ça peut marquer l’esprit d’un enfant. Mon mari ne se souvient pas d’avoir cru au père noël. Et clairement il n’en a jamais souffert. Moi j’ai aimé cette période où j’y croyais. Du coup j’étais partagé entre l’envie de faire croire au père noël à ma fille, et la culpabilité de lui raconter un mensonge. Car quoiqu’on en dise, ça reste un mensonge, « doux » certes mais un mensonge quand même. En tous cas je l’ai vécu ainsi petite. Ton point de vue fait pencher la balance vers le côté « lui dire la vérité ». La magie de Noël peut être tout à fait ailleurs que dans cette croyance

    • Reply momraths 15 décembre 2017 at 4:32

      Merci de ton message et de partager ton expérience ! Je suis ravie si ça peut soulever des réflexions ! L’important c’est de faire comme on pense être le mieux pour son enfant 🙂

  • Reply Maïlys LD 15 décembre 2017 at 2:33

    Ta maitresse avait cruellement manqué de bienveillance à l’époque. De quel droit, une institutrice choisis t’elle de stopper cette croyance sous prétexte que nous sommes assez grands ?

    Moi ce qui me gène dans cette croyance, c’est effectivement le mensonge. Je ne crois pas qu’il y ai moins de magie de Noël sans le Père Noël. Mais c’est vrai que tout ces contes où l’on raconte comment le Père Noël fabrique les cadeaux sont tellement merveilleux. Je crois cependant que la magie de Noël c’est surtout ce que l’on en fait. Parce que c’est bien beau de faire croire au Père Noël pour finalement ne pas avoir de magie de Noël.

    Pour ce qui est de l’imaginaire de l’enfant, je pense qu’il est possible de laisser l’enfant imaginer ce qu’il veut – lui raconter des livres d’histoires avec un Père Noël et des lutins, tout en lui demandant ce qu’elle aimerait pour Noël. Non ?

    Par contre, je suis totalement d’accord avec le chantage par rapport au cadeaux ou non. Ça franchement, ça m’agace quand j’entends ça.

    Finalement, ça permet de faire participer Mila comme tu nous le dis si bien. Je pense qu’il est bien plus important de partager quelque chose avec elle plutôt que de se planquer.

    En plus, de ne pas dire aux enfants qui a offert les cadeaux, je trouve ça dommage car ils ne peuvent pas être heureux d’avoir eu une personne qui a eu cette attention spécialement pour elle.

    J’aime beaucoup ce que tu dis, sur le fait que certains enfants croient en ces choses et que ce sont des croyances qu’il faut respecter comme n’importe quelle autre.

    Moi, le seul problème que j’ai, c’est celui de mon métier. Finalement, comme on ne sait pas ce que les parents racontent aux enfants sur le Père Noël, etc, on est obligés d’entretenir la croyance jusqu’à ce que l’enfant lui-même nous dise qu’il ne croit pas au Père Noël. Sinon, on se retrouve dans la même position que ton institutrice plus haut. Bien que maintenant, la polémique de la laïcité totale ou non commence à nous empêcher de célébrer une fête comme Noël ou Pâques dans les structures d’accueil de jeunes enfants. On s’interroge beaucoup sur l’intérêt par rapport à l’enfant, et finalement, ça revient à nous questionner et lire des avis comme le tient.

    Et c’est un sujet délicat, mais je trouve que tu l’a abordé en toute simplicité et bienveillance.

    • Reply momraths 15 décembre 2017 at 4:30

      Merci de ton message ça me touche beaucoup ! C’est intéressant d’entendre ton point de vue professionnel et extérieur sur tout ça ! Merci <3

  • Reply Audrey 15 décembre 2017 at 2:51

    C’est comme tout, chacun à sa façon d’élever son enfant.
    Ton point de vue ne me choque ni me gêne pas, je pense que pour le comprendre il faut surtout connaître ta propre histoire aussi. Si tes parents auraient eu l’opportunité de t’expliquer eux-même que le Père Noël est imaginaire, tu l’aurais peut-être bien mieux vécu et aujourd’hui tu aurais un point de vue différent.
    Je ferais croire à mon fils au Père Noël mais j’ai aussi l’impression que ça se perd et que finalement je ne pourrais pas lui faire y croire bien longtemps ce qui serait peut-être pas plus mal. Je n’ai jamais souffert de la vérité car j’étais grande et je l’ai deviné par moi-même mais pour moi ça aide davantage à avoir et aimer la magie de Noël lorsque l’on est enfant.
    Quoiqu’il en soit ça n’empêchera jamais ton enfant à aimer déballer ses paquets et à voir l’étincelle dans ses yeux à la découverte de tous ses cadeaux.

    • Reply momraths 15 décembre 2017 at 4:29

      Exactement ma prise de décision correspond beaucoup à ce que j’ai vécu enfant. C’est pour cela que nous en avons bien discuté avec le papa de Mila, qui lui n’a pas subi le « traumatisme » de la découverte afin de prendre une décision pour Mila et de ne pas uniquement agir sur mon histoire personnelle 🙂
      A partir du moment où l’on se sent en accord avec ce qu’on dit à son enfant c’est pour moi l’essentiel 🙂

  • Reply Marion 15 décembre 2017 at 3:58

    J’ai vu ta story sur instagram alors ça m’a intrigué ^_^ c’est « marrant » j’avais jamais réfléchi au truc comme ça, ma mère m’a toujours dit que j’avais plus été déçue pour le lapin de pâques que pour le père noël. Je ne sais pas encore ce que je ferai lorsque j’aurai des enfants, mais j’ai justement lu quelque chose d’intéréssant il n’y a pas très longtemp sur cette espèce de « transition ». Il est clair que ta maîtresse à vraiment pas assuré, surtout si c’était juste en mode « au fait je me renseigne comme ça viteuf ». Mais bref, le truc que j’ai lu, consiste à transmettre le « rôle » du père noël, lui expliquer que, grosso modo, cette année, vu qu’il est assez grand pour enfin comprendre, il a enfin le droit de se mettre dans les bottes du père noël, de choisir quelqu’un au hasard et de lui ofrrir un cadeau qui lui fera très plaisir, sans avoir à lui dire que c’est lui qui l’a offert, que tout le monde est en fait un père noël à partir d’un certain âge… Dans la pratique je ne sais pas, j’ai pas encore d’enfant, mais j’aime bien le principe de cette « figure » bienveillante que l’on peut s’approprier et transmettre, en gros en faire plus une idée qu’un vrai personnage. ^^ Du coup j’ai une vraie question, #intervieweuse comment vous vous positionnez du coup vis à vis de tout le reste, cloche/lapin de pâque, petite souris etc…? Parce que présenté comme ça (j’ai pas souvenir d’avoir ressenti un tel désarroi ou trahison gamine) tu pourrais presque me convaincre, mais j’arrive malgré tout pas à voir ça comme quelque chose de « mal » alors que la façon dont tu l’expliques, je vois tout à fait ce que tu veux dire… Enfin voilà, c’était mon monologue de noël :p merci pour ton article intéréssant en tout cas!!

    • Reply momraths 15 décembre 2017 at 4:27

      Merci de ton message !
      Oui tout dépend de comment on l’explique à l’enfant. Si les parents choisissent d’y faire croire j’estime qu’ils ont plutôt intérêt à bien assurer le SAV 😉
      Intéressant ce que tu dit sur la transition ! C’est une bonne idée !
      Et pour ce qui est des copains du Père Noël, lapin de pâques et compagnie ce sera le même discours ! La jolie histoire pourra complètement être raconter mais je ne lui ferais pas croire que ça existe pour de vrai !

  • Reply Stephanie 15 décembre 2017 at 10:12

    Je viens de lire votre article que j’ai trouve très intéressant et très bien écrit.. J’ai trois enfants, deux grands qui ont cru longtemps au père Noël et une petite dernière qui remet en question cette croyance. Pour mes 2 premiers, nous leur avons raconté pleins d’histoires de père Noël, nous sommes allés voir le « vrai » en Finlande, alors cela a duré longtemps.. mais ma fille aînée a très mal pris le jour où nous lui avons révélé la vérité.. J’ai été très triste pour elle et j’ai culpabilisé. Pour ma troisième, je ne veux pas recommencer, je veux la faire participer aux achats, aux emballages et je ne lui dirai pas que c’est le père Noël. Elle a deux ans et demi, j’ai l’impression que c’est cette année ou elle découvre Noël. Je ne sais pas si je dois lui dire explicitement que ce n’est pas le père Noël qui apporte les cadeaux. J’ai choisi des livres qui apportent une autre version. Je me sens un peu maladroite en fait !

    • Reply momraths 20 décembre 2017 at 10:40

      Merci de ton message c’est très gentil 🙂 Il ne faut pas avoir peur d’être maladroit, il faut être naturel et dire ce que l’on pense, ou ne rien dire après tout ! Je ne dis pas forcément à Mila que le Père Noël n’existe pas. Quand elle me montre son image à la TV ou en photo en me demandant « c’est quoiiii ? »Je lui réponds que c’est un personnage qui s’appelle « Le Père Noël » Tout comme je lui ai présenté Mickey ou les personnages de tous ses livres d’histoire 😉

  • Reply Cha 15 décembre 2017 at 10:24

    Oh WOW. Je suis tellement touchée par tes mots. Enfant, je croyais au Père Noël (je pense que j’y crois toujours un peu, d’ailleurs, mais chut ^^), et je me souviens du jour où je l’ai appris. C’était un joli moment, c’était doux, je réalisais tout l’amour que mes parents avaient mis derrière cette belle légende en laquelle ils m’avaient permis de croire. Mais il faut dire que dans notre famille, le Père Noël continue d’exister lorsque l’on n’y croit plus : il est dans chacun de nous, dans cette petite part de générosité désintéressée que nos parents ont essayé de nous transmettre. Si j’avais des enfants, je pense que le Père Noël viendrait visiter notre foyer la nuit de Noël, pas comme une sorte de mythe inaccessible mais plutôt comme une belle histoire que l’on aime se raconter, qui nous rapproche et nous inspire, sans mensonge, sans chantage.
    Mais en lisant tes mots, je les trouve tellement touchants et doux ! Et même si le Père Noël va nous apporter des cadeaux cette année (enfin, je crois ^^), j’ai pris grand plaisir à lire ton article qui est probablement le premier sur ce sujet qui me permet de comprendre vraiment les motivations de certains parents comme toi qui refusent de laisser leurs enfants croire au Père Noël. Et ce que je trouve joli, finalement, c’est que qu’on les laisse y croire ou non, tous les parents sont motivés par une seule chose : l’amour qu’ils portent à leurs enfants.

    • Reply momraths 20 décembre 2017 at 10:38

      Merci beaucoup de ton gentil message et de cette sublime phrase de conclusion !!! Je suis ravie si mes mots ont été bien choisi, merci de ton précieux retour <3

  • Reply Cindy 15 décembre 2017 at 11:00

    Mille mercis Marine pour ton article !! Quel plaisir de te lire. Je me reconnais tellement dans ce que tu dis ; à l’exception que je n’ai jamais cru au Père Noël. Donc aucune mauvaise expérience pour ma part. Juste l’envie de continuer à inculquer à ma fille les valeurs que ma maman a pu me donner. Alors oui, le point de vue extérieur peut être parfois difficile et certaines personnes (famille, amis, autres) peuvent ne pas comprendre notre démarche et notre volonté ; au point effectivement de nous faire hésiter et de nous faire culpabiliser… Dernière expérience : hier, une commerçante dit à ma Suzanne : « ça y est, tu as écrit ta lettre au Père Noël ? Je suis sûre que tu as été très mignonne et qu’il te gâtera » Heuuu… comment dire… « Non Madame, nous avons décidé de ne pas faire croire à notre fille l’existence du Père Noël. Elle aura des cadeaux, certes, mais qui viennent de ses parents et de sa famille. » Elle a été sidérée et une vraie incompréhension l’a envahie… J’avoue, j’ai été fière de lui expliquer notre vision de Noël. J’adore cette période si féerique : se retrouver en famille, profiter de moments précieux, s’offrir des cadeaux, et comme tu dis si bien, le Père Noël n’a aucunement besoin de faire parti de l’équation.
    Merci encore pour tes mots.
    Belle et douce soirée.
    Cindy

    • Reply momraths 20 décembre 2017 at 10:36

      Oh merci Cindy de ton message par ici ça me fait plaisir de te lire !! Joyeux Noël à vous aussi !

  • Reply Sophie 16 décembre 2017 at 1:21

    Super article qui résume très bien mon ressenti par rapport à tout ça. Dans pour autant avoir vécu le même traumatisme sue toi. Mais je trouve qu’en un sens C’est en effet abuser nos enfants que de venir leur faire croire à quelque chose que l’on sait ne pas exister. Nous j’aimerais et n’accepterions pas cette démarche si elle concernait un autre sujet et venait d’une personne extérieure.
    Pour ce qui est de la magie de Noël, mon Loulou qui a bientôt 5 ans n’en adore pas moins cette période de l’année, tout aussi magique pour lui que pour les enfants qui croient. Et je pense d’ailleurs lui transmettre quelque chose de beaucoup plus durable quant à cette tradition de cette façon .
    De plus, je n’aime pas trop le côté appel à la consommation et accumulation de présents véhiculés avec toute cette histoire de Père Noël. Il y a bien sûr des cadeaux chez nous. Mais dans le sens où Noël est un moment de partage où l’on pense aux autres et où l’on choisi avec le coeur quelque chose en pensant à eux. Je ne supporte pas la question « alors? Qu’est-ce que tu veux pour Noël?? ». Comme si C’était une boite à miracle pour obtenir tour ce qu’ils veulent. Je déteste aussi qu’on me la pose pour moi…
    Pour ce qui est le l’imaginaire, il y a tellement d’autres moyens de le développer et les enfants sont tellement portés là-deqqu qu’il ne me semble même pas opportun de considérer cet argument.
    Et pour la petite histoire, j’ai bien ri tout à l’heure quand quelqu’ un a demandé à mon fils « Alors? Tu as commandé quoi au père Noël? » Et qu’il l’a regardé avec un petit sourire l’air de dire « tu me prends pour un idiot toi ou quoi? »
    Et pour petite souris, lapin de pâques, cloches etc, C’est idem pour nous. D’autant que les enfants vers 3-4ans cherchant des explications rationnelles pour tout, je trouve ça dommage de les faire mouliner sur quelque chose qui n’existe pas. Et de devoir répondre à leurs questions avec des mensonges supplémentaires
    Bref, C’est un choix personnel sur lequel il est très difficile d’argumenter. Tu l’as pourtant fais à merveille ici. Bravo et merci

    • Reply momraths 20 décembre 2017 at 10:25

      Oh merci beaucoup de ton message ! Nous partageons en effet les mêmes pensées à ce sujet ! J’aurais adoré voir la tête de ton fils !!!

  • Reply Audrey 19 décembre 2017 at 1:59

    bonjour,
    je comprends tout a fait vos réactions et votre choix, les valeurs fondamentales que cela vient bousculer,
    et la genèse aussi de ce choix liée à un traumatisme, une déception bien réelle….
    pour ma part j’ai cru puis plus cru au père, idem pour ma sœur…j’ai l’impression que la transition a été naturelle, mes parents n’ont ni encouragé ni cherché a amenuiser,
    ce qui reste avant tout : c’est que noël dans ma famille a toujours été un moment très chaleureux, de réunion, autour des plaisirs de la table, où bien souvent et depuis des générations nous organisons des petits skectches, des petits spectacles ….et l’ambiance de ce mois de préparatifs avec l’entée dans l’hiver où la maison et le cocon familial y trouvent encore plus leur place. Le pere noel est loin de résumer noel.
    Pour ma fille célestine 8 ans, il y a eu 2 noels ou elle y croyait vraiment…elle a fini par déduire seule , une année elle essayait d’y croire encore mais savait ,au fond d’elle, que ce n’est pas très rationnel….on a répondu a ses questions..il est vrai que quand elle y croyait nous avons entretenu cette croyance, mais quand les doutes ont été là, nous lui avons fait comprendre qu’elle avait raison….que tout cela n’était pas possible…et la cour de récré a confirmé la non existence du pere noel !
    MAIS quand nous lui avons répondu clairement que le père noël n’existait pas , nous lui avons expliqué aussi que pour nous, nous étions tous des pere noel, tous là pour partager les valeurs positives de générosité, d’altruisme ….nous sommes tous capables de belles choses et ainsi, en grandissant, elle peut à son tour être un père noel pour son entourage ; la magie n’est finalement pas dans cet être extraordinaire qui n’existe pas mais bien en chacun de nous…et que, la magie, nous pouvons la créer au quotidien…
    c’est finalement un pere noel un peu comme une transition …
    mon second elliot est « a fond », c’est vrai que nous y prenons du plaisir,
    cette croyance perdure naturellement puisque liée a de bons souvenirs, très alimenté par l’école en ce qui nous concerne.
    Mais la décision que vous avez prise, et pour les raisons qui l’ont motivée, j’aurai pu la prendre aussi….
    la discussion autour des croyances est très intéressante et complexe, ma fille questionne beaucoup et sur beaucoup de choses, nous répondons toujours, avec simplicité…voulons cultiver le respect ..

    • Reply momraths 20 décembre 2017 at 10:23

      Oh merci pour ce beau message, je trouve votre façon de faire très belle et naturelle. Et encore une fois au risque de me répéter je crois sincèrement que si on agit selon nos sentiments pour le bonheur de notre enfant, alors c’est le principal… <3

    Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.