Petite vie de mummy

L’angoisse

3 mars 2017

Ces derniers temps une angoisse a surgit dans mon coeur de maman…

L’an prochain à cette période il faudra que j’inscrive ma fille à l’école pour la rentrée.

Cette pensée a fait raisonner en moi des souvenirs houleux de mon enfance. J’étais pétrifiée et je me suis effondrée en larmes…

Petit retour en arrière dans ma vie pour comprendre cette telle réaction.

Depuis l’entrée en maternelle jusqu’à la rentrée en CM2 il faut savoir que ma mère me déposait chaque matin en larmes à l’école.

J’ai des souvenirs très très précis d’elle en train de m’accompagner jusqu’à ma chaise devant mon pupitre, moi en train de me débattre et la maîtresse qui devait prendre le relais pour ne pas que je suive ma mère qui partait au travail.

L’école c’était pour moi le pire endroit sur terre.

Je pense que Madame Launay (oui je me souviens parfaitement de son nom) en CP ne m’a pas aidé à apprécier le lieu… Elle avait des pratiques ancestrales qui consistait à frotter les oreilles très très fort avec la paume de sa main pour nous punir en cas de bêtise.

J’ai aussi souvenir de mon père un soir en venant me chercher, devenir une vraie furie en découvrant mon oreille en feu…

Les écoles privées en particulier m’ont sérieusement amochée, j’étais dans le privé toute ma petite enfance. Je comprends maintenant aujourd’hui combien cette période est définitive pour l’avenir d’un enfant.

Car j’ai à l’heure d’aujourd’hui une énorme aversion pour tout ce qui est « Notre Dame Saint-Victor », « Sainte-Marie », « Sainte Truc-muche et bidule chose ». Quand je retourne dans ma ville natale j’ai toujours un noeud qui se forme quand je passe devant mes anciens établissements.

Arrivée en CM2 mes parents m’ont inscrits à l’école publique du village où l’on habitait.

Révolution dans ma vie, j’ai adoré y aller cette année là, je pouvais y aller à pieds depuis la maison, j’étais une grande et j’avais même hâte d’aller au collège avec mes nouveaux amis.

Et puis en fait en 6ème re déception, je suis toujours dans le publique mais l’école est vieille, les profs aussi, l’enseignement m’ennuie, j’ai des capacités mais personne pour m’accompagner à les exploiter.

Il n’y a pas de cas par cas, à part aux réunions parents-profs où les professeurs parlent de toi à tes parents comme si tu n’étais pas dans la pièce. Un nouveau trauma. Je devais avoir un instinct de survie car de moi même j’ai pris la décision de m’inscrire à la chorale entre midi et 2 c’était mon bol d’air frais dans cette vie d’adolescente tourmentée.

Pendant toute cette période je ne comprenais vraiment pas ce que je faisais là, et pourquoi on apprenait tout ça. J’étais une élève moyenne sur toute la ligne, j’ai jamais redoublée car mes parents m’inscrivaient au cours du soir avec des profs particuliers pour ne surtout pas que je puisse redoubler. Quel souvenir ça aussi, c’était LA HONTE, la honte ULTIME pour quelqu’un de redoubler. C’était un paria si ça lui arrivait, il se retrouvait avec les « petits » l’année d’après et il perdait tous ses copains. Et les parents qui n’assumaient jamais ce tel ECHEC dans la vie de leur gamin.

Quand j’y pense… MAIS QU’EST-CE QUE CA PEUT FAIRE ???

En soit pourquoi forcer un enfant à suivre un rythme qui le dépasse plutôt que de lui laisser une année supplémentaire à acquérir des choses… On est pas tous égaux il me semble ?

Toute cette pression qu’on t’inflige avec l’école tout au long de ta jeune vie. Sans rien t’expliquer.

-« Pourquoi je dois aller à l’école ? »

-« Parce que c’est comme ça »

Ah okay… merci du tuyau !

Et donc quand je fais le tri dans toutes ces pensées que je vous écrit comme ça, telle qu’elle m’arrive, à coeur ouvert. Ben je me dis que l’éducation nationale et l’enseignement privé (car sincèrement à part faire la prière le matin et avoir une croix de Jésus dans toutes les salles de classe y à pas grand chose qui change entre les deux. Ah si le tarif…) est tellement en retard sur l’enseignement.

Les temps ont changé, nous n’avons plus les mêmes besoins. Les métiers ont évolués. Les mentalités aussi. La vie !

Mais l’école elle ne bouge pas d’un iota. Et les enseignants non plus.

Toute ma scolarité on m’a répété « tu es nulle en math ».

Résultat ?

Je suis nulle en math.

Car jamais, à aucun moment on ne m’a proposé de retourner la situation. Comment on peut demander à un élève d’évoluer dans ces cas là ? J’ai des bulletins de notes avec écrit « nulle » !

A l’inverse en dessin et en musique je n’avais que des petits mots encourageants car oui la créativité c’était mon dada et on m’a poussé en ce sens. Et pourquoi on m’a pas aussi poussé à aimer Pythagore, Thalès et tous leurs amis ?

Comment on peut te laisser être une sombre daube dans une matière que tu ne maîtrise pas ? Comment on peut te ridiculiser en distribuant les copies du contrôle de la veille par ordre « du meilleur au plus nul » ? En laissant bien le suspens à la fin pour les 3 derniers, alors alors qui aura la médaille de l’élève le plus pourri ???

Et du coup que se passe t’il dans ces cas là ?

On crée des alliances, entre nuls !

Ben ouais parce qu’avec l’élite qui a eu 18,50/20 et toi qui frôle douloureusement les 0,75/20 on fait pas partie du même monde selon le prof…

Parce que ce dernier l’a tout simplement monté contre toi. C’est assez intelligent du coup comme idée pour tirer les gens vers le haut…

Oh et parlons de l’absurdité des souhaits de métier qu’on te fait remplir en 3ème.

Déjà de mon expérience on ne m’a même pas laissé l’opportunité de décider quoique ce soit. Les profs ont tout de suite ôté la possibilité que je parte en général. « Ses résultats sont trop médiocres » ont-ils dit à mes parents.

Mouais enfin j’ai quand même eu mon Brevet des collèges hein j’avais le droit !

Bref si ça vous intéresse je vous ferais un topo sur mon CV un de ces jours mais là n’est pas le sujet !

En tout cas mon parcours scolaire a été de déconvenue en déconvenue…

Et je sais que mes parents étaient dépités. Car eux non plus on ne les a pas accompagné convenablement…

Donc pour ma fille quoi de plus naturel que d’être tétanisée de l’envoyer « là bas » !

J’ai sincèrement l’impression de l’envoyer au front…

Avec le peu d’armes qu’elle aura…

J’ai une totale confiance en ma fille elle est incroyable, elle a compris déjà beaucoup de chose et son caractère commence magnifiquement à se forger.

Mais on va l’envoyer dans le royaume du moule.

Là où on va « construire » les adultes de demain.

Avec un programme et tout et tout !

Je suis dépitée…

Alors je regarde les écoles alternatives. Montessori par exemple mais c’est bien au delà de nos moyens. (On parle de presque 1000€ par mois…)

Et je m’aperçois qu’on a pas franchement le choix…

A part déménager en Finlande peut être…

Durant ma crise de larmes j’étais prête à faire mes bagages, les pays du nord ont TOUT compris…

Je me concentre sur le fait qu’à la maison il y aura toujours 4 oreilles pour écouter Mila, son papa et moi.

On va faire bien attention à ses souhaits, ses envies, ses projets.

On va prendre en compte ses sentiments et l’accompagner du mieux qu’on pourra.

On la laissera se former à devenir la personne qu’elle a envie d’être.

On la laissera pas tomber, jamais.

Et on va trouver la meilleure solution pour l’école qui l’accueillera…

Je m’accroche de toutes mes forces à ça même si ça suffit pas toujours et que les sanglots commencent tout doucement à monter…

Je sais qu’il y a déjà des enseignants qui tente de faire bouger les choses. Je sais qu’on est en train de faire évoluer timidement le système.

Mais l’année prochaine tout ça ne sera pas encore prêt…

Et l’année prochaine je vous préviens, vous allez surement me ramasser à la petite cuillère…

A vos commentaires j’adorerais lire vos avis et votre expérience !

Désolé pour ce billet quelque peu personnel mais j’avais très très envie de l’écrire. Et je vous invite à regarder cette vidéo qui résume tellement bien ma pensée…

Rendez-vous sur Hellocoton !

You Might Also Like

6 Comments

  • Reply Souchard Julie 3 mars 2017 at 3:43

    Je ne peux que réagir devant ta détresse! J adore lire ton blog depuis que je l ai découvert et je suis toujours toujours fan des jolies tenues de Mila, de la deco de sa chambre, de ses petits livres ou de ses jolis jouets! Bref… revenons a l éducation nationale 😉 Nous avons inscrit Jeanne dans une petite ecole privée près de chez nous. Privé? Public? J ai hésité puis n ayant pas eu de problème particulier personnellement j ai fait comme mes parents pour moi : le privé. Maintenant très sincèrement je ne sais pas si il y a vraiment bcp de différence! Notre bébé d amour a donc fait sa rentrée des classes dans un monde que je pensais inchangé en 30ans… et puis finalement à ma grande surprise, même si le système est dur à bouger, il y a des instit qui changent et qui évoluent avec les moyens qu on leur donne bien sûr… nous avons la chance depuis 2 ans maintenant (jeanne est en ms cette année) d être accompagnés par de supers maîtresses! Ma fille est encouragée et valorisée et chaque enfant peut évoluer à son propre rythme! Je suis consciente que tout peut basculer avec un prof ou avec une autre ecole mais je laisse ce message pour te faire part de notre expérience. J ai eu la chance cette année de pouvoir assister à l évolution des enfants dans la classe puisque en congé mat pour ma 2e fille : les enfants sont heureux et c est assez fou ce que la maîtresse arrive à leur apprendre ou leur faire faire! Notre ecole a choisi d investir dans un prof d anglais, une prof de chant et un animateur sportif. Un des avantages du privé je pense… le coût de l école est de 24€ par mois c est donc tout à fait abordable 😉 j espère que nous aurons chaque année des maîtresses tout autant passionnées et bienveillantes que celles déjà rencontrées… et j espère que vous pourrez vous rassurer un peu et trouver une ecole qui vous convienne à vous et à Mila! Faites les portes ouvertes… ca peut aider! Bien à vous,

    • Reply momraths 3 mars 2017 at 4:09

      Oh la la merci de ce doux message qui m’a fait tellement de bien à la lecture !
      C’est ce type de commentaire que j’avais justement envie de lire. Simplement savoir qu’il y a des exceptions ou plutôt que mon expérience était une exception et que la majorité des écoles ne sont pas comme je l’imagine.
      Une école où les enfants sont heureux, le rêve !
      Merci pour votre témoignage et merci d’être une fidèle lectrice 🙂

  • Reply Naïma 3 mars 2017 at 6:58

    Coucou Marine,

    je ne peux que réagir aussi et te faire profiter de mon expérience. Sirine a 11 ans aujourd’hui, elle rentre au collège en septembre. J’ai pensé un moment la mettre dans le privé mais finalement il n’y a pas de grandes différences (j’ai pu récolter l’avis de parents à cette époque). C’est comme à la loterie, il faut tomber sur le bon prof à l’école, peu importe qu’elle soit publique ou privée. Ton expérience personnelle me touche énormément car j’ai vécu un peu la même chose avec un prof de CE2 en ce qui concerne les sévices corporels et c’était dans le public ! Heureusement que ces pratiques sont terminées. Sirine a fréquenté une école maternelle et primaire dans le 93, dans l’ensemble ça s’est bien passé malgré les préjugés portés sur ce département. Il y a même une animatrice télé assez connue qui avait ses enfants dans cette école. Je souhaite vraiment te rassurer et te dire que tu n’as pas à t’inquiéter : la maternelle, c’est comme un prolongement de la crèche, ta fille va se faire plein d’amis. De plus, malgré ton parcours scolaire, pour moi, tu es une fille exceptionnelle car oui, la créativité est en toi ! tu es super douée et tu as su trouver ta voie. Et avec une maman comme toi, ta fille ne peut que s’épanouir. Sois rassurée : toutes les mamans ont cette angoisse de la première rentrée des classes (je l’ai eu aussi pour mon fils pour te dire !). Tout se passera bien j’en suis sûre ! Et si tu as besoin d’en parler, je travaille près de la rue cuvier maintenant 😉

    • Reply momraths 6 mars 2017 at 3:57

      Hello Naïma, je suis toujours ravie de te lire par ici c’est très gentil de me partager ton expérience !
      Je suis choquée d’apprendre ton histoire, quelle honte…
      J’imagine que même après plusieurs enfants le cap de la rentrée est toujours difficile à passer…
      Sincèrement merci pour tes doux mots et au plaisir de te revoir !

  • Reply Camille 4 mars 2017 at 10:44

    Bonjour,
    Mon fils rentre à l’école en septembre et de notre côté c’est pareil, financièrement les écoles alternatives ne sont pas accessibles. Je ne sais pas si tu connais Céline Alvarez mais je t’invite à regarder sur son site les vidéos des initiatives menées dans sa classe (école publique). De plus en plus d’enseignants se tournent vers la bienveillance et le respect des lois naturelles de l’enfant. Ces enseignants peuvent se signaler sur une cartographie présente sur le site. Tu peux y jeter un coup d’œil, peut être que l’école publique près de chez toi a des enseignants dans cette optique de travail.
    Bonne journée,
    Camille

    • Reply momraths 6 mars 2017 at 3:54

      Merci beaucoup de ton message ! Oui je connais Céline Alvarez est je suis très sensible à sa démarche également 🙂
      Belle journée à toi et coucou à ton petit loup !

    Leave a Reply