Vie de maman

Pourquoi je crois en la pédagogie active et mes lectures favorites à ce sujet

9 juillet 2019
pedagogie-positive-je-ne-veux-pas

J’avais tellement envie de rédiger cet article, cela faisait un certain temps qu’il me trottait dans la tête. Je suis heureuse aujourd’hui de me lancer enfin pour vous parler de la pédagogie positive et combien je crois en ses bienfaits. Je vais vous raconter comment j’ai découvert cette vision de l’éducation et à quel point je suis convaincue que c’est une excellente façon de communiquer avec son enfant. Je vous livre aussi une sélection de livres que j’adore pour en savoir plus si le sujet vous intéresse 🙂

Note : Je ne suis pas ici pour dire comment il faut s’occuper de son enfant. Je partage mon ressenti et mon envie d’agir autrement et c’est un choix très personnel. Bien évidemment libre à chacun de faire ce qu’il souhaite à la maison tant qu’il n’y a pas de violences et beaucoup d’amour ♡

Il n’y a pas de parent parfait

Quand j’étais enceinte je passais énormément de temps à me renseigner sur comment s’occuper d’un bébé. Je savais comment prendre soin d’un nouveau né d’un point de vue basique : changer sa couche, le nourrir, lui apporter le nécessaire pour qu’il soit en bonne santé physique. Mais je n’avais aucune idée de comment s’occuper de son bien être psychologique et qu’il s’épanouisse de la meilleure des manières. Je suis devenue une vraie junkie sans cesse à la recherche de nouvelles informations pour apprendre à « éduquer » mon enfant le mieux du monde.

J’avais à coeur, comme chaque parent, de devenir la meilleure maman du monde et de tout connaître sur le bout des doigts. Bien évidemment on a beau lire tous les livres du rayon développement personnel, passer la moitié de sa journée sur les forums parentaux et demander des conseils à tous les parents dans son entourage… Il n’y a pas de formule magique pour devenir le meilleur parent !

Et vous savez pourquoi ? Parce qu’il n’y a pas de parents parfaits !

Nous avons tous grandit avec nos qualités et nos défauts, parfois on se plante, parfois on réussit, et l’important dans tout ça c’est la leçon que l’on en tire. Donc tout d’abord première chose : décomplexons nous ! Arrêtons de regarder autour de nous pour voir comment font les autres et de nous juger trop durement. On fait tous ce que l’on peux pour notre petit. Parfois ça fonctionne, parfois il y a des loupés. Et ce n’est pas grave. On tâtonne pour essayer de faire le mieux du monde et c’est déjà pas mal 🙂

Ma découverte des pédagogies actives

Comme je vous le disais plus haut j’ai commencé enceinte à me renseigner sur comment on « éduque » un enfant. Vous remarquerez que je mets ce mot entre guillemets, car il n’est pas très reluisant pour parler d’un enfant. On éduque un chien pour lui apprendre à se tenir assis et à faire le beau… Mais pour un enfant on va essayer d’employer d’autres termes un peu plus doux et plus motivants qu’en pensez vous ?

Au fur et à mesure de mes recherches je suis rapidement arrivée à Maria Montessori et aux pédagogies actives, bienveillantes et positives… Autant de mots qui sonnaient beaux à mon oreille. Là, je commençais à entrevoir des aspects motivants et inspirants pour accompagner mon enfant à bien grandir.

J’ai donc acheté des livres sur le sujet et j’ai tellement apprécié ce que je lisais. Tout me semblait couler de source. Rien d’autre ne paraissait plus naturel que ces méthodes moins conventionnelles et pourtant tellement intéressantes.

Et puis ce qui a solidifié tout cela c’est la crèche où a été inscrite Mila pour ses 1 an. Nous avons eu la chance d’avoir une place dans une crèche bienveillante qui prône les pédagogies actives. Là bas, auprès du personnel qualifié, j’ai pu en apprendre davantage sur les méthodes et j’ai aussi beaucoup appris sur moi.

Qu’est-ce que les pédagogies actives ?

Les base des pédagogies actives sont le respect et l’écoute de l’enfant. L’adulte est à ses côtés pour l’accompagner et le soutenir si il en a besoin. La pédagogie active encourage le parent à laisser l’enfant être acteur de sa propre vie. L’enfant cherche par lui même les solutions à ses problèmes. Il fait ses propres expériences pour évoluer. Autrement dit : C’est en faisant que l’on apprend.

Est-ce que les pédagogies actives sont permissives ? La réponse est non mais c’est étrangement l’illusion qu’elles donnent… Dans les pédagogies actives et positives il y a des règles et il y a des limites. Il y a un cadre à donner à son enfant. Sauf que tout cela, l’adulte va l’apporter de manière bienveillante. Ce n’est pas parce qu’on ne hurle pas, qu’on ne punie pas ou qu’on ne frappe pas son enfant que l’on est permissif. Fort heureusement il y a des nuances entre ces différents stades.

Ceci étant dit, adopter les pédagogies actives à la maison demande un peu de travail. Le plus difficile c’est de rester constant et de ne pas se démotiver si on y arrive pas tout de suite. Ce qui est valorisant, c’est de voir à quel point les choses s’améliorent très vite lorsque l’on teste des techniques de pédagogies actives. C’est donc très motivant pour continuer en ce sens !

Pourquoi se tourner vers ces différentes pédagogies

C’est vraiment personnel et chacun fait son propre cheminement. Cela peut être par rapport à son vécu, des souvenirs de l’enfance, des choses qui nous ont marqué. Ou bien aussi parce que l’on a « tout essayé » et qu’on ne sait plus comment faire pour éviter les conflits avec son enfant. Peu importe la raison en tout cas, si vous avez envie d’essayer cela ne pourra être que bénéfique !

Je reviens à ce que je disais plus haut, l’important surtout c’est de ne pas se coller la pression. Être parent, c’est usant, c’est un job à temps plein que personne ne nous a appris et tout le monde a droit à ses faiblesses. Ne pensez pas que chez nous c’est Bisounoursland H24 ! Bien sur qu’il m’arrive de crier, de m’isoler dans ma chambre pour souffler un bon coup et de me demander comment je vais surmonter ça. C’est normal et il ne faut pas s’en vouloir puisque les crises peuvent aussi aider à perfectionner ses méthodes pour que la prochaine fois les choses se déroulent mieux 🙂

Les différentes pédagogies actives

Petit tour d’horizon sur les pédagogies actives les plus connues.

La pédagogie Montessori est basée sur les observations de Maria Montessori au début du 20ème siècle. Cette femme visionnaire s’est aperçue au fur et à mesure de ses recherches que les enfants sont pourvus des mêmes capacités universelles et ce quelque soit leur milieu social et culturel. La pédagogie de Maria Montessori est basée sur l’apprentissage de l’autonomie dès le plus jeune âge. C’est une pédagogie qui encourage l’enfant à aller à son propre rythme. Pour Maria Montessori il faut cultiver la curiosité naturelle d’un petit et le laisse explorer par lui même grâce à des outils spécifiques. Tout cela pour qu’il puisse devenir un adulte confiant et responsable.

La pédagogie Freinet elle prône l’expression libre des enfants. Célestin Freinet disait que le tâtonnement expérimental est la base de tout apprentissage. La méthodologie Freinet consiste à ne pas donner de modèle à l’enfant et à le laisser tester par lui même. L’enfant alors passionné de nature est acteur de ses apprentissages, l’adulte ou l’enseignant offre un environnement favorable et soutient l’enfant.

Pour Reggio Emilia le point fort de sa pédagogie c’est la position de l’adulte par rapport à l’enfant. L’adulte est là pour soutenir les découvertes de l’enfant et non les diriger. L’adulte « provoque » les réactions d’un enfant, par exemple il peut lui mettre à sa disposition un petit pot de terre avec des fleurs et laisser l’enfant découvrir l’objet sans le diriger mais en l’accompagnant. L’idée c’est de susciter la curiosité d’un enfant en partant de quelque chose qui l’intéresse. L’adulte observe et soutient le développement de l’enfant.

Ces différentes pédagogies ont en commun le respect de l’enfant et de son rythme. Elles donnent à l’enfant une vraie place dans la société, l’enfant existe en tant que personne. Dans un groupe il est reconnu comme un être unique, il est respecté et non soumis. Les pédagogies actives favorisent les relations sociales et développent les interactions harmonieuses. Enfin, la nature joue un rôle important également ce qui peut parfois détonner dans notre société parfois trop aseptisée.

L’idée globale est donc d’encourager l’enfant à faire par lui même et surtout de le respecter en tant que personne . Notre rôle en tant qu’adulte est d’être aux côtés de l’enfant pour l’accompagner dans ses découvertes. Si vous voulez allez plus loin bien d’autres pédagogies actives existent comme Loczy ou Steiner-Waldorf.

Comment s’y mettre à la maison ?

Si tout ce que vous venez de lire vous intéresse et que vous avez envie d’essayer, je vous recommande tout d’abord d’en parler à votre conjoint. En effet à 2 on est plus fort, et ce sera plus facile d’avoir le soutient de votre moitié lorsque viendra le moment de poser les règles. Quand tout le monde sait ce qu’il a à faire c’est plus facile de gérer.

À la maison c’est moi qui lit les livres car ça me passionne, mais à chaque chapitre je fais un petit topo à mon amoureux « ah tiens j’ai lu ce passage écoute c’est super intéressant, tu sais quand Mila a fait ça tout à l’heure on aurait peut être dû faire comme ça… » C’est hyper intéressant je trouve de partager cela en couple et puis si vous êtes soudés face à votre enfant cela sera beaucoup plus facile de gérer les conflits. Encore une fois il y a aussi des ratés chez nous, l’un pose une règle et l’autre dit l’inverse 2minutes plus tard. D’où l’importance de la communication sinon l’enfant si malin va vite comprendre la brèche et s’y introduire sans aucun état d’âme !!

Mes lectures favorites

Ensuite pour instaurer de nouvelles habitudes dans votre foyer je vous conseille quelques lectures. Les livres sont rédigés par des professionnels de l’enfance et ils partagent de nombreux conseils. Ils expliquent également certaines réactions de l’enfant qui vous feront voir les choses sous un autre oeil.

Par exemple je me souviens dans le livre « L’enfant » de Maria Montessori, elle explique qu’un enfant de 2ans peut montrer du doigt un jouet dans magasin en disant « jouet ». Le parent pense que l’enfant veut le jouet et lui répond « non tu n’auras pas de jouet », ce qui naturellement fait entrer l’enfant dans une colère. Si le parent avait simplement répondu « ah oui en effet il y a un jouet sur cette étagère, il est très joli hein ? » l’enfant se serait senti compris et serait très certainement passé à autre chose rapidement.

pedagogie-positive-alternative-gueguen-filliozat-maria-montessori-celine-alvarez-livres-enfant-parent

En ce qui me concerne j’ai besoin de lire régulièrement un livre à ce sujet pour pouvoir me remettre à niveau de temps en temps. Après c’est à vous de faire à votre rythme. Je vous présente donc ma petite bibliothèque :

Tous m’ont été utile. J’ai lu 2 livres par an depuis la naissance de Mila. C’est un bon rythme pour moi car cela me permet d’appliquer ce que j’ai découvert et d’adapter ma méthode. J’ai inconsciemment pioché dans plusieurs pédagogies pour prendre ce qui s’adaptait le mieux à notre quotidien et à notre famille.

En ce qui concerne la liste ci dessus, je ne saurais lequel vous conseiller le plus !! Ils sont tous tellement intéressants… Je dirais que l’Enfant de Maria Montessori est un peu la base. Même si je ne suis pas d’accord à 100% avec la méthode, elle constitue quand même une solide structure dans les pédagogies actives. Et puis le livre retrace de nombreuses observations qu’a fait Maria Montessori et c’est passionnant à lire.

Ensuite si je devais vous conseiller un livre de Isabelle Filliozat ce serait « au coeur des émotions de l’enfant » mais tous valent franchement le coup d’être lu ! Il y en a un autre qui n’apparaît pas sur la photo car je l’ai prêté et qui s’appelle « J’ai tout essayé« . Alors oui, la couverture fait flipper, mais j’ai trouvé de nombreuses questions à mes réponses à l’intérieur ! Le livre « L’intelligence du coeur » s’adresse aux adultes, et il est très instructif pour son propre développement personnel.

« Je ne veux pas ! » de Aurélie Callet & Clémence Prompsy

je-ne-veux-pas-aurelie-callet-clemence-prompsy-kidz-et-family-au-fil-de-soi-livre

Récemment j’ai reçu le livre « Je ne veux pas ». Il est à mon sens le livre idéal pour débuter dans la découverte des pédagogies actives ! Rédigé par 2 psychologues c’est un outils formidable pour vous accompagner au quotidien. Il y a tout plein d’astuces, de conseils et de vrais cas concrets.

je-ne-veux-pas-aurelie-callet-clemence-prompsy-kidz-et-family-au-fil-de-soi-livre
je-ne-veux-pas-aurelie-callet-clemence-prompsy-kidz-et-family-au-fil-de-soi-livre

Cela vous permets de visualiser plus facilement pour appliquer la méthode ensuite chez vous. Le livre est déculpabilisant avec des petites notes d’humour ce qui le rend très agréable à lire. Bref je vous recommande sa lecture et faîtes tourner l’info autour de vous, c’est un must have !

La collection « Disney émotions » par Isabelle Filliozat

disney-emotions-la-joie-la-peur-la-colere-la-jalousie-isabelle-filliozat

Pour aider vos enfants à comprendre leurs émotions je ne peux que chaudement vous recommander la nouvelle collection Disney émotions. Chaque livre raconte une petite histoire en rapport avec une émotion. Chaque émotion correspond à un héros Disney : Mickey pour la joie, Monstres & Compagnie pour la peur, Woody & Buzz l’éclair pour la jalousie et enfin la jeune fille Riley du film Vice & Versa pour la colère. À la fin de chaque livre vous trouverez un petit carnet d’exercices pratiques à faire avec votre enfant pour encore mieux lui expliquer le sens de l’émotion qu’il vient de découvrir.

disney-emotions-la-joie-la-peur-la-colere-la-jalousie-isabelle-filliozat
disney-emotions-la-joie-la-peur-la-colere-la-jalousie-isabelle-filliozat

Mila a adoré découvrir cette collection, elle nous les fait lire chaque jour et elle a déjà terminé tous les cahiers d’activités !! L’autre jour elle m’a dit qu’elle était en colère comme la petite fille Riley. J’ai trouvé ça super qu’elle puisse nous l’expliquer. Pas facile pour les petits de nous expliquer ce qu’ils ressentent puisque eux même ne comprennent pas ce qu’il se passe dans leur corps…

Pour information ces livres sont destinés pour des enfants de 4ans et plus. Pour info, sachez que « L’amour » avec les personnages de la Reine des Neiges et « La tristesse » avec les personnages de Là haut ! Vont paraître à la rentrée 😉

livres-collection-disney-emotions-la-joie-la-peur-la-colere-la-jalousie-isabelle-filliozat
vice-versa-disney-emotions-la-joie-la-peur-la-colere-la-jalousie-isabelle-filliozat
livre-disney-emotions-la-joie-la-peur-la-colere-la-jalousie-isabelle-filliozat

Voilà ! J’espère que cet article vous aura intéressé !

Est-ce que ces pédagogies sont quelques choses qui vous parlent ou pas du tout ?

Vous êtes adeptes ou vous aimeriez vous penchez sur le sujet plus sérieusement ? Venez me dire en commentaire cela m’intéresse !!

Sélection shopping

pedagogies-actives-montessori-livre-filliozat-je-ne-veux-pas
Rendez-vous sur Hellocoton !

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply Maïlys LD 14 juillet 2019 at 10:48

    En tant qu’auxiliaire de puériculture j’essaie aussi de lire un maximum sur ce type de sujet : les pédagogies alternatives, les émotions, la communication, etc.

    J’ai « Il n’y a pas de parent parfait » sur ma wishlist. Je pense que ça peut être un livre qui, en tant que pro, peu nous aider à faire déculpabiliser les parents et aussi (surtout) à changer notre regard sur les parents (pas toujours bienveillant pour certaines). C’est d’ailleurs le genre de message que j’essaye de faire passer aux parents : nous, on est livrés avec un manuel, on doit beaucoup apprendre pour ne pas faire de faux-pas – le parent n’a pas son enfant livré avec un manuel, il doit juste faire ce qu’il peut faire de mieux pour son enfant. Tant pis si ce n’est pas parfait, tant pis si ce n’est pas comme nous on ferait, il faut avant-tout les aiguiller dans ce qu’ils savent, les déculpabiliser, les rassurer.

    Je suis comme toi, je n’aime pas du tout le mot « éducation ». Je ne sais pas exactement pourquoi mais il me gène.

    J’essaye aussi d’apporter ce genre de pédagogie et de les appliquer auprès des enfants que je garde mais j’avoue que parfois, je sors du droit chemin, je m’énerve, je hausse le ton, parfois même je crie (puis je m’excuse la seconde d’après parce que je culpabilise à fond de ne pas avoir su me maitriser !!) pourtant, je suis censée être impeccable, mais je suis juste humaine et moi aussi, je fais des erreurs.

    J’ai aussi dans ma wishlist un livre sur les différentes pédagogies actives/alternatives, j’avais d’ailleurs l’intention de le lire et de rédiger un guide résumant les différentes pédagogies et ce que je veux en retirer de positif. Souvent, les crèches utilisent la pédagogie Loczy mais depuis quelques années, on voit s’ouvrir de plus en plus des structures piochant dans telles ou telles pédagogies. La pédagogie Montessori a connu un tel essor, tout comme maintenant les pédagogies alternatives, bienveillantes, etc…

    J’ai commencé à lire le livre de Céline Alvarez, il est super intéressant mais aussi pas mal indigeste. Je l’ai commencé y’a presque 2ans et je ne l’ai pas terminé… Je crois qu’il faut vraiment que je le reprenne.

    J’aimerai tout de même mettre un bémol quant aux lectures des parents, certaines livres ne sont pas adaptés à eux. Il y a des livres destinés uniquement aux professionnels de l’enfance et parfois, les parents ne sont pas concernés par ce qu’il se dit dedans. Pour moi, un parent à bien plus le droit à l’erreur qu’un professionnel. Je vais ajouter à ma wishlist ceux que je ne connaissais pas : « Avant je n’étais que moi » et « Je ne veux pas ».

    J’ai tous les autres déjà en liste d’attente. 😉

    J’ai lu Au cœur des émotions de l’enfant, il m’a beaucoup aidée à dénouer les conflits et les crises d’une des petites que je gardais à l’époque. Tout n’est pas encore acquis car il est très difficile de travailler dessus – le naturel revient souvent au galop c’est une catastrophe.

    J’aime beaucoup ton article, il est posé, déculpabilisant, il ne donne pas de leçons, il est bienveillant – parfait donc.

    En ce moment je lis « Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent » – ça fait deux fois que je le commence, j’ai un peu du mal. Je l’ai ouvert parce que je n’arrive plus à communiquer avec le petit que je garde et c’est devenu très compliqué. Heureusement j’ai vu une amie à moi ce weekend qui est éducatrice de jeunes enfants et je pense qu’en fonction de ce que je lui ai expliqué, elle a réussi à trouver ce qu’il n’allait pas dans cette relation qui s’est transformée si vite en catastrophe.

    Je ne veux pas à l’air vraiment excellent ! Si tu aimes les livres construits de cette manière je te conseille « Développer l’estime de soi de son enfant » que j’ai beaucoup aimé.

    Petite question à part : comment fais-tu pour présenter tes livres de cette manière ? En grille sur lesquelles nous pouvons cliquer et accéder aux livres par un lien d’affiliation ?

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Vous avez aimé cet article ?
    Si vous souhaitez être averti dès que le prochain est publié
    ♡ Devenons amis sur Facebook ♡

    Et si vous vous voulez me suivre au quotidien
    ♡ On se retrouve sur Instagram ♡
    Merci de votre fidélité !