Vie de maman

Mummy devient veggie !

27 janvier 2018

rosa-b-insolente-veggie

Depuis juillet 2017 j’ai changé de régime alimentaire pour devenir végétarienne !

Maintenant que j’ai suffisamment de recul, je voulais vous raconter ce qu’il s’est passé ces derniers mois dans mon assiette mais aussi dans ma tête !

Je précise que cet article est mon ressenti par rapport au végétarisme, c’est un choix personnel. Il n’a pas pour but de donner des leçons et encore moins de faire culpabiliser !

Cet article est la synthèse de ce que j’ai pu lire sur le sujet et je ne me proclame pas du tout professionnelle de ce régime. Je fais simplement attention à ce que je fais et je continue de me renseigner régulièrement pour mon équilibre.

Le déclic

Un soir avec mon amoureux nous ne savions pas quoi regarder.

Netflix nous suggère le documentaire « The Cowspiracy ». On en avait entendu parler, mais j’avais « peur » de le regarder, j’ai dit à mon mec : je te préviens si on regarde ça je risque de basculer !

Et bien ça n’a pas loupé. A l’issu du visionnage je suis abasourdie par ce que je viens de comprendre. Je réalise que la planète court à sa perte si on continue de consommer autant de produits d’origine animale.

Je m’en suis voulu de ne pas avoir su ça plus tôt. J’aurais dû discuter plus tôt avec mes amis végétariens pour connaître leurs motivations. Cela m’a fait du mal d’avoir fait l’autruche tout ce temps…

J’ai traversé une très longue phase de culpabilité, je me sentais nulle et j’angoissais de savoir quelle planète j’allais laisser à ma fille comme héritage…

La transformation

Au début, tellement marqué par le documentaire, qu’avec mon copain on décide de devenir vegan. C’est à dire ne plus rien manger d’origine animale. Cela implique la viande, le poisson mais aussi le lait, les oeufs, la crème fraîche, le miel…

Et ce n’est pas tout, un vegan ne porte pas non plus de cuir, de laine ou de soie…

C’est lourd comme changements d’habitude, on est novices et on ne sait pas par où commencer. J’en parle autour de nous et le meilleur conseil que j’ai reçu c’était de faire à notre rythme.

Sauf qu’au début, la claque est si forte que l’on a envie de faire tout et tout de suite…

Le lendemain après avoir vu The Cowspiracy, on regarde « What the Health » et « Food Matters » 2 autres documentaires sur le sujet de l’industrie de la bouffe et de la santé en général. Que je vous conseille de regarder si vous êtes curieux. On a appris tout un tas de choses et tout cela a vivement confirmé nos motivations.

Connaître son sujet

Après avoir pris la décision de changer de régime alimentaire on se penche très rapidement sur le sujet de « la carence ». Quand tu arrête de manger de la viande, on y peut rien c’est dans la bouche de tout le monde :

– « Mais fais gaffe, tu vas être carencé !! »

On a découvert que la seule vitamine qui peut manquer au régime d’un vegan et même d’un végétarien c’est la vitamine B12. Une vitamine essentielle que l’on trouve principalement dans la viande.

Pourquoi dans la viande, car la vitamine B12 est une bactérie qui se forme durant la digestion des animaux. Surtout chez les ruminants qui ont une digestion très lente et dont l’apport en B12 est très riche (en particulier dans les abats). Mais on en trouve aussi dans le poisson et sa concentration baisse progressivement dans le lait, le fromage, les oeufs ou encore dans les fruits, les légumes et les graines.

Il est intéressant de noter que même si la concentration en B12 est plus importante dans la viande, son taux baisse à cause de la cuisson des aliments (de 30% en 2 minutes de cuisson). La vitamine B12 produite par les animaux est nécessaire à leur santé. A mon sens il est d’autant plus cruel d’aller s’approvisionner chez l’animal pour notre santé à nous… De plus, de nos jours avec certains élevages de masse, pour satisfaire les besoins des humains et pour aller plus vite, on supplémente les bêtes de granulés pour que l’on puisse nous, en profiter…

Un végétarien peut trouver un apport de cette vitamine dans le camembert, l’emmental ou les oeufs de poule. Pour un vegan en revanche, il trouvera substitution uniquement dans les compléments alimentaires.

Chez l’adulte, l’apport journalier en vitamine B12 devrait être d’au moins 3 microgrammes. Dans certain cas, il est même conseillé de doubler, tripler voir plus les doses. Pas d’inquiétude il est pratiquement impossible d’être en surdosage de cette vitamine.

Ce n’est pas non plus dangereux si parfois on n’obtient pas la dose recommandée, mais un apport régulier est réellement nécessaire à notre santé physique, psychologique et également pour notre équilibre émotionnel…  Il est important de savoir qu’une carence peut se déclarer au bout de 10 à 20 ans, sans avoir eu de symptômes au préalable. Si jamais vous comptez changer de régime alimentaire, je vous encourage à bien vous renseigner sur le sujet.

En tant que végétarien ou vegan, nos convictions et notre message sera beaucoup plus impactant si l’on demeure en bonne santé 🙂

Pour aller plus loin, et pour citer mes sources vous trouverez plus d’informations ici,   et ici aussi !

rosa-b-insolente-veggie

La mise en pratique

Tout d’abord nous avons choisi des compléments alimentaires. C’est dans notre magasin bio que nous avons trouvé les tablettes Veg1. Elles sont à croquer. Chaque matin nous prenons un comprimé qui contient (entre autre) une dose de 25 microgrammes de vitamine B12. Ce complément existe aussi sous forme d’ampoules qui peut se prendre 1 fois par semaine. Mais il est plutôt recommandé d’en prendre au quotidien pour une meilleure absorption dans l’organisme.

A la maison au bout d’1 semaine, de nouvelles habitudes se sont formées, nous prenons plaisir à cuisiner de nouvelles recettes, à choisir des légumes que nous n’avions pas l’habitude de manger. On assaisonne beaucoup plus nos plats avec des épices.

Nous avons pioché pas mal d’idées sur Internet mais aussi dans les livres de Deliciously Ella ou de Marie Laforet (pas la chanteuse !). On remercie aussi au passage très fort nos copains veggie pour tous leurs conseils et qui nous ont offert ce livre de recettes de Burger totalement yummy !!!

Nous n’avons pas réussi à être vegan plus d’ 1mois. C’était très difficile de passer ce cap. Aujourd’hui nous sommes « végétariens à tendance vegan », c’est moi qui dit ça, ce n’est pas du tout un terme officiel :p

Dans mon assiette

En ce qui me concerne je ne mange plus de viande ni de poisson depuis juillet 2017. J’ai fait une exception et j’ai mangé des huîtres et des St Jacques à Noël.

Je ne bois plus de lait d’origine animale depuis un moment (à cause de mes problèmes d’eczema). Je bois du lait végétal, soja, amande… J’adore c’est si bon !!

A part pour cuisiner les gâteaux, et encore la plupart du temps je cherche des substituts, nous n’utilisons que très peu le beurre. Nous n’achetons plus de crème fraîche non plus et nous l’avons remplacé par des briquettes de soja.

En revanche je mange parfois des oeufs. Mais j’achète uniquement la marque Poule House qui est une très belle initiative à soutenir et que je vous invite à découvrir.

Je mange beaucoup de fromages, c’est mon péché mignon, je l’achète au marché, le samedi, directement au producteur.

A l’extérieur, quand je sors à Paris ou dans les grandes villes, au resto, ce n’est pas très compliqué. Il y a toujours une option végétarienne et j’adore tester les restaurants vegan ! C’est magique comme certains sont imaginatifs pour créer des recettes gourmandes sans aucuns produits d’origine animale !

rosa-b-insolente-veggie

Les proches

Quand on sortais chez des amis au début c’était plus délicat. Nous avons toujours fait en sorte de prévenir à l’avance. Si ce n’était pas possible nous faisions notre maximum pour apporter des solutions. On amène un plat végétarien que l’on a cuisiné par exemple. Autour de nous il y a pas mal de végétariens, ça facilite la chose, il est bon aussi de souligner que nos amis sont hyper méga compréhensif et ça c’est vraiment super cool !

En ce qui me concerne quand je suis invitée il y a toujours une petite attention pour moi : « tiens j’ai pensé à toi, cette pizza est végétarienne ». Je suis très reconnaissante à chaque fois, c’est important d’être bien entouré car ce sujet n’est pas toujours bienvenue…

Dans tous les cas ça ouvre des discussions et des débats, c’est intéressant d’en discuter ! J’espère toujours ne pas être moralisatrice quand j’en parle…. C’est un choix tellement personnel et mon but n’est pas de forcer la terre entière à faire comme moi, juste si on peut en parler et faire évoluer les choses, c’est déjà génial !

Et Mila dans tout ça ?

Ma fille est omnivore. Avec son papa nous avons décidé de ne pas lui imposer ce choix. Même si je reste convaincu qu’elle ne souffrira pas d’un régime végétarien je suis d’autant plus convaincu que tout cela reste un choix qu’elle fera au fur et à mesure qu’elle grandira.

Dans le congélateur nous avons des petites portions de jambon, saumon, steack haché… Que nous lui cuisinons de temps en temps. Nous avons opté pour cette technique pour éviter au maximum le gaspillage alimentaire. Les gourdes de viande Popote sont également une excellente option ! Elle n’en mange pas tous les jours, en moyenne 3 fois par semaine. La plupart du temps on ajoute sa portion de viande ou de poisson en plus de ce que nous mangeons.

Si un jour elle s’interroge on lui expliquera notre point de vue, et ce sera à elle de décider.

En conclusion

Au début on me demandait si ça ne me manquait pas de me « priver » de certaines choses. La réponse est non. Je n’ai jamais été une grosse « viandarde ». J’ai toujours préféré les salades aux barbecues. De plus je n’ai aucunement l’impression de me priver. Je suis convaincu de ma démarche, il me fait me sentir bien psychologiquement.

Physiquement je me sens mieux aussi, de par le fait de moins manger de viande on mange aussi moins gras. Nous mangeons plus de légumes, on cuisine raisonné.

Rien ne me fait plus plaisir qu’une poêlée de légumes avec du tofu marinée à la sauce soja ! Mon mec est devenu un pro de la cuisine végétarienne. J’ai beaucoup de chance car nous avons pris la décision ensemble, en même temps et en plus il se charge de la majorité de nos repas.

En tout cas il y a un point qui doit rester essentiel c’est notre bonne santé. Il faut que son assiette soit en accord avec son esprit. Je ne me suis pas forcée à devenir végétarienne c’est venu naturellement et je ne me sens pas malheureuse.

Je contribue à une cause qui me tient à coeur pour l’avenir de la planète, même à mon échelle minuscule, ça me fait me sentir mieux !

Et voilà pour le partage d’expérience ! J’espère que cet article vous aura intéressé ! Ce n’était pas évident de l’écrire, j’avais très peur du ton que j’allais employer. J’ai hâte de lire vos réactions si vous souhaitez papoter dans les commentaires ou par mail 🙂

Pour illustrer mes propos avec humour, j’ai choisi de vous partager certaines planches de Rosa B aka insolente veggie qui me fait beaucoup rire !

rosa-b-insolente-veggie

Rendez-vous sur Hellocoton !

You Might Also Like

6 Comments

  • Reply Fanxlenny 27 janvier 2018 at 9:25

    Encore une fois un article qui rejoint très bien mes questionnements quant à ce qu’on avale !
    Je vais regarder ce documentaire avec mon homme, ça nous convaincra certainement de stopper pas mal de choses.
    Merci en tout cas !

    • Reply momraths 27 janvier 2018 at 2:10

      Merci beaucoup de ton message ! Et oui je te conseille les documentaires ! Tu me diras ce que tu en penses !

  • Reply Marion 28 janvier 2018 at 6:12

    Ton article est super bien ficelé, en ce qui nous concerne on a pas passé le cap, mais on mange quasi pas de poisson et de la viande (comme Mila :D) trois fois par semaine, le lait en lui-même on en utilise très peu (je pensais pas pouvoir m’en passer parce que j’aimais boire de grands verres mais finalement, ça va).
    Je pense que le choix d’être végétarien est en effet très personnel, par exemple, même si ça peut être choquant, ce n’est pas tant le bien-être des animaux qui me pousserai à être végétarienne, mais bien le phénomène de société de consommation, et c’est exactement pour ça qu’on essaye de réduire, si je pouvais acheter un poulet, un steak et un jambon par mois seulement, direct chez un fermier qui elève, très honnêtement je le ferai…
    Par rapport au tout dernier dessin qui m’a fait gloussé, je pense que c’est parce que au départ c’était surtout des personnes « extrêmes » on va dire qui faisait la pub du veganisme etc.. Et je ne voyais en effet que des discours très moralisateur, faire la morale ça sert à rien, maintenant que les choses se sont un peu plus mises en place et se sont un peu plus diffusées, je trouve que le discours est beaucoup plus dans l’éducation que dans le donnage de leçon, c’est donc beaucoup plus facile à apprivoiser pour les personnes qui sont au stade de l’essai, l’interrogation… 🙂 merci pour cet article en tout cas!

    • Reply momraths 7 février 2018 at 11:18

      Merci beaucoup de ton message, et je comprends tout à fait ton point de vue !

  • Reply Fleur 30 janvier 2018 at 12:31

    J’ai eu le même cheminement que toi. Prise de conscience > envie de tout changer d’un coup> démarche trop brutale > faisons à notre rythme ! Aujourd’hui ça fait 3 ans qu’il n’y a plus du tout eu de viande à la maison. Notre fille de 2 ans mange exclusivement végétarien à la maison. En revanche, elle mange de la viande et du poisson tous les jours à la crèche. On a estimé que c’était bien assez. Le plus compliqué ce sont les remarques déplacés des autres… Alors qu’on impose rien hein. Heureusement dans ma famille il y a plusieurs végétariennes. C’est plus simple lors des repas familiaux !

    • Reply momraths 7 février 2018 at 11:17

      Oui les remarques déplacées je comprends… !

    Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.